Formation et Emploi

Actualité

Anne Le Page: 15 ans d'engagement auprès des marins

Elle n'aime pas beaucoup parler d'elle. Taiseuse comme ces marins qu'elle aide et qu'elle aime depuis 15 ans au sein de l'association La Touline, dont elle est directrice. Mais quand on est distinguée par le Mérite maritime, il faut bien un peu parler. Alors elle parle. Mais que de ces chers marins. Elle est comme ça, Anne Le Page.
« Je suis née en Bretagne, j'ai vécu entre Brest et le Morbihan. Quand j'ai fait mon droit, je me suis naturellement orientée vers le droit maritime ». Elle mène sa barque de juriste jusqu'à un DESS à l'université de Brest, avec un mémoire consacré au plan d'intervention d'urgence des compagnies pétrolières. « J'aurais sans doute dû devenir avocat ». Sauf que se mettre derrière un bureau pour décortiquer des contrats d'affrètement ou des clauses exhorbitantes pour le calcul des surestaries, c'est finalement pas trop son truc. « Cela faisait quelque temps que, parallèlement à mes études, je fréquentais la Touline, en tant que bénévole. » Alors quand Henri Quinio, président de l'époque, lui propose un contrat, elle ne laisse pas passer la chance. A l'époque la Touline a seulement quelques années d'existence. La petite association fondée par des marins pour aider les jeunes à trouver du travail est en train de devenir un outil incontournable de l'emploi maritime.
Premiers chantiers pour la jeune recrue : le recrutement de personnels salariés, l'organisation du travail dans l'association, la mise en place de la comptabilité et le montage des dossiers de subventions européennes. « On professionnalisait l'activité de l'association et très vite, on m'a laissé travailler en toute indépendance. Yves Kérébel, le fondateur de l'association, et Henri Quinio, le président de l'époque, m'ont tout de suite fait confiance, et je leur en suis toujours reconnaissante ».
Anne travaille énormément mais le moteur de la passion l'aide à tailler sa route. « Ce milieu, celui des marins, est tellement attachant. Ils sont à la fois rudes et d'une grande gentillesse. Les aider à trouver leur voie, leur formation, leur emploi, me passionne tant par le challenge que par l'aspect humain de ces rencontres ».
Depuis 1998, elle forme un tandem heureux et efficace avec Armel le Strat, président plusieurs fois réélu de la Touline. Ensemble, ils ont fait évoluer l'association qui a désormais des bureaux sur la façade Ouest et en Méditerranée. Ils ont accompagné les marins perdus dans un système de formation de plus en plus complexe. Ils ont vu le boom de la marine marchande puis les effets récents de la crise sur l'emploi maritime. Ils ont vu les mentalités évoluer. Et les chantiers, s'ils changent, sont toujours aussi nombreux. « Il faut que nous continuions nos efforts pour faire connaître les formations maritimes, faire venir les jeunes aux métiers de la mer en multipliant notre présence dans les manifestations d'orientation scolaire. Et puis il faut continuer à particulièrement s'occuper des personnels d'exécution et des petits brevets qui sont les plus vulnérables sur le marché de l'emploi maritime. »
Anne a reçu le mérite maritime, mais elle ne veut toujours pas parler d'elle. « C'est surtout une occasion de remercier les gens avec qui je travaille, et surtout les bénévoles de la Touline qui font la réussite au quotidien de notre mission ». Tendre et taiseuse. Comme ses marins, finalement.

Formation