Bruits rayonnés : Un programme européen pour préserver l’écosystème sous-marin

Dossier(s) : DCNS

Différentes études ont démontré que les bruits rayonnés dans l’eau par les navires avaient un impact sur l’environnement, d’autant que le transport maritime connait une croissance considérable. Afin d’assurer une meilleure protection de la faune et de la flore marines, la Commission européenne lance un programme destiné à trouver des solutions innovantes afin de réduire l’emprunte du bruit sous-marin lié au transport maritime et à l‘activité des marines militaires. DCNS a été choisi pour piloter ce projet de recherche collaboratif, qui doit permettre de préconiser des solutions qui pourraient influer sur la conception des futurs navires civils et bâtiments militaires, ainsi que sur le contrôle du trafic maritime.

 

L’intérêt du savoir-faire de DCNS sur la discrétion acoustique

 

Baptisé AQUO (Achieve QUieter Oceans), ce projet, d’une durée de trois ans, sera piloté par DCNS Research,  qui fédère les activités de recherche technologique du groupe naval français, dans le cadre d’un consortium international réunissant plusieurs partenaires (professionnels de l’industrie navale, entreprises spécialisée, centres de recherche, société de classification) représentant huit pays européens. Le projet bénéficiera ainsi d’une approche multidisciplinaire et de la forte expertise du consortium dans le domaine des bruits et des vibrations des navires. DCNS apportera, ainsi, une solide connaissance scientifique et technique acquise dans le domaine de la discrétion acoustique des bâtiments de surface et sous-marins, certaines de ses réalisations militaires étant considérées comme faisant partie des plus silencieuses du monde.

 

Etude de bruits rayonnés par un navire (© : DCNS)

Etude de bruits rayonnés par un navire (© : DCNS)

 

Evaluer le seuil de tolérance des espèces et l'impact du trafic maritime

 

« Dans un premier temps, avec les équipes de chercheurs, nous allons plonger au cœur de la faune en étudiant différentes espèces marines, mammifères, poissons et céphalopodes, représentatives des zones maritimes européennes pour définir les limites de niveaux sonores acceptables d'un point de vue biologique », explique Christian Audoly, chef de département acoustique de DCNS Research et coordinateur technique du projet AQUO. En parallèle, les navires seront étudiés en tant que générateurs de bruits. Les mesures du bruit rayonné par l’appareil propulsif, les hélices et les autres sources de bruits et de vibrations  conduiront à livrer une cartographie de l’empreinte sonore des navires. Ces études menées en milieu naturel et en laboratoire vont faire évoluer les connaissances actuelles en matière de bioacoustique. Elles permettront de constituer le référentiel dans ce domaine.

 

Définir de nouvelles normes en termes de discrétion acoustique

 

Dans le but de concevoir et construire des navires plus silencieux, le projet AQUO va également permettre de fournir aux industriels des guides pratiques de recommandations, voire de définir de nouvelles normes. Pour respecter des objectifs de bruit rayonné issus des critères bioacoustiques, des solutions innovantes seront préconisées tant pour la réalisation des installations que des structures ou encore des propulseurs. Ce nouveau référentiel a également pour but de faire évoluer la réglementation liée au trafic maritime.

Le projet AQUO s’inscrit dans le cadre de la directive Marine Strategy Framework, adoptée en 2008 par l’Union européenne visant à protéger l'environnement et maintenir un bon état écologique du milieu marin.