Défense
ABONNÉS

Actualité

Corvette Gowind : Du concept à la réalité

La  première corvette du type Gowind 2500, conçue par DCNS et réalisée sur son site de Lorient, a achevé ses premiers essais en mer. Le bâtiment avait appareillé du chantier breton le lundi 13 mars et a terminé sa première batterie de tests au large de Groix vendredi dernier. Cette campagne, tout juste marquée par un souci mineur sur l’un des deux moteurs principaux ayant entrainé un court retour au port avant de repartir en mer, s’est selon DCNS déroulée avec succès. Après ces premiers essais, destinés à valider les performances de la plateforme et procéder à différents réglages, les travaux vont se poursuivre à quai, avant de prochaines sorties qui permettront notamment de mettre en oeuvre le système de combat. Destiné à la marine égyptienne, ce bâtiment, nommé Elfateh, doit être livré en septembre. Trois autres unités du même type seront réalisées en transfert de technologie à Alexandrie, où la phase de construction de la première corvette a débuté l’an dernier.

 

Appareillage le 13 mars pour la première sortie en mer (© DCNS)

Evolutions au large de Lorient (© DCNS)

Un produit exclusivement destiné à l'export

Pour DCNS, voir cette première Gowind 2500 éprouvée à la mer est un évènement très important car ce bâtiment présente la particularité d’avoir été développé exclusivement pour l’export. Alors qu’en matière de bâtiments de combat de surface, le groupe ne construit depuis 30 ans (hors porte-avions et BPC) que des frégates pour la marine française, il lui fallait un nouveau modèle pour se positionner sur le marché très actif des corvettes.

 

L'un des premiers design au milieu des années 2000 (© DCNS)

 

Les études ont commencé au milieu des années 2000 et, après d’importantes prospections commerciales et diverses évolutions dans le design, la famille Gowind a, pour la première fois, été sélectionnée par la Malaisie fin 2011. Six unités ont finalement été commandées par ce pays, qui les fait réaliser avec l’aide technique française par un chantier local, Boustead, qui a mis sur cale la tête de série en 2016 en vue d’une mise à l’eau en 2018. L’Egypte a constitué le second succès commercial des Gowind, avec une commande de quatre bâtiments en juillet 2014.  

 

La corvette Elfateh au large de Lorient (© DCNS)

« Sea-proven »

Alors que cette corvette est proposée à différents pays, dont la Colombie où une version répondant aux besoins locaux a été présentée mi-mars au salon Colombianmar de Carthagène, la réussite des premiers essais en mer de l’Elfateh et sa livraison dans quelques mois sont de nature à stimuler les ventes. « C'est un moment très important pour DCNS : cette corvette spécialement développée pour le marché international est désormais sea-proven. Nous sommes très fiers d'annoncer qu'avec la corvette Gowind 2500, DCNS dispose à présent d'un navire de dernière génération qui vient enrichir notre offre à destination du marché mondial du naval militaire», se félicite Eric Chaplet, directeur Marketing de DCNS. Un enthousiasme partagé par Pierre Legros, directeur des Programmes du groupe : « Le succès des premiers essais en mer de la corvette Gowind 2500 démontre une nouvelle fois la capacité industrielle de DCNS à gérer et exécuter des programmes majeurs pour nos clients avec des produits adaptés à leurs besoins ».

Plateforme très polyvalente, conçue et réalisée aux normes militaires afin d’offrir un niveau maximal de survivabilité, la Gowind 2500 est un véritable bâtiment de combat, très équipé et lourdement armé. Déclinable en différentes versions, avec de multiples options au niveau des systèmes, cette corvette a déjà été développée en deux modèles pour ses deux premiers clients.

10 unités et deux versions commandées

Longues de 102 mètres pour une largeur de 16 mètres et un déplacement de 2600 tonnes en charge, les corvettes égyptiennes mettront en œuvre un système surface-air VL Mica (16 missiles), 8 missiles antinavire Exocet MM40 Block 3, une tourelle de 76mm, deux canons de 20mm et des tubes lance-torpilles. Elles disposeront d’un sonar de coque de la famille Kingklip , ainsi qu’un sonar remorqué Captas 2. Armés par un équipage de 65 marins, dont une quinzaine pour le détachement aérien avec la capacité d’embarquer un hélicoptère de 10 tonnes, ces bâtiments offrent des logements pour 15 personnels supplémentaires. Dotés d’une propulsion diesel-électrique (10 MW), leur vitesse est de 25 nœuds et l’autonomie de 3700 milles à 15 nœuds.

 

La version malaisienne de la Gowind (© DCNS)

 

Leurs homologues asiatiques seront quant à eux plus grands, la Malaisie ayant notamment souhaité une vitesse et une capacité d’hébergement plus importantes. Longues de 111 mètres pour un déplacement en charge de 3100 tonnes, ces corvettes, capables d’atteindre 28 nœuds, pourront accueillir jusqu’à 138 militaires. L’armement sera légèrement différent, avec une tourelle furtive de 57mm au lieu du 76mm, des canons de 30mm au lieu de 20 et des missiles antinavire NSM à la place des Exocet.

 

Le module PSIM (© MER ET MARINE / DCNS)

Le module PSIM

Les deux séries de Gowind disposent du système de combat SETIS, développé par DCNS, et sont les premiers bâtiments conçus par le groupe naval à disposer de son nouveau concept de mât intégré modulaire. Il s’agit du Panoramic Sensors and Intelligence Module (PSIM), ensemble réalisé d’un bloc regroupant la mâture avec l’essentiel des senseurs et moyens de communication, le Central Operation ainsi que les locaux techniques associés. Le radome du PSIM abrite un radar de veille SMART-S avec un balayage à 360°, ainsi qu’une suite de guerre électronique. Les PSIM sont fabriqués, équipés et testés indépendamment des coques, permettant de mener l’intégration, les essais et la mise au point des systèmes critiques avant l'installation sur les bâtiments.

 

L'Elfateh avant la pose du PSIM (© MER ET MARINE)

 

 

DCNS