De la terre à la mer, les enjeux de la marine française du XXIème siècle

Objet de puissance par excellence, la marine n’en est pas moins une force complexe et très coûteuse. L’intérêt des investissements énormes consentis dans les sous-marins nucléaires, la composante aéronavale ou encore les frégates de premier rang sont autant de dépenses jugées, régulièrement, comme superflues. L’évolution de la géostratégie mondiale, avec le basculement des centres de gravité, les conflits locaux à répétition, la démultiplication des interventions extérieures et le développement de l’assistance humanitaire sont, pourtant, autant d’éléments qui plaident en faveur d’une flotte de qualité. Dans leur ouvrage, Jean Moulin et Jacques Isnard s’attachent à répondre à une question toute simple : Une marine de guerre, aujourd’hui, pour quoi faire ? L’amiral, ancien inspecteur général de la marine et le journaliste, spécialiste des questions de défense au Monde jusqu’en 2004, mettent à profit leurs approches différentes, de par leur profession, pour éclairer le lecteur sur les fondements, l’histoire, le futur et l’intérêt de ces bateaux gris si méconnus des Français. « De la terre à la mer » revient sur l’évolution de la Marine nationale depuis la fin de l’empire colonial. L’analyse des choix et des contraintes de chaque époque est ponctuée d’anecdotes, parfois surprenantes. Ainsi, les jeunes générations, à qui l’on a martelé que la France avait assuré, seule, sa capacité à se doter de l’arme nucléaire, apprendront, non sans intérêt, qu’Américains et Britanniques concourront, discrètement, à mettre leur allié sur la voie de l’atome.

La flotte de 2040

Héritière de ces choix historiques, la marine française vit aujourd’hui une période charnière. Faute d’avoir pu renouveler ses moyens plus tôt, faute de crédits, elle doit aujourd’hui se battre pour conserver ses capacités opérationnelles : Aéronavales, frégates, sous-marins, équipements en tous genres, l’amiral Moulin et Jacques Isnard font le point sur les différents programmes, leur intérêt stratégique et, parfois, les difficultés auxquelles ils sont confrontés. Par ailleurs, les auteurs n’hésitent pas à aborder des questions épineuses, comme la propulsion du second porte-avions ou le retour ou sein de la sous-marinade de bâtiments à propulsion classique. A Brest, à Toulon, mais aussi en océan Indien, dans le Pacifique, dans les Antilles et en mer Rouge, ce livre démontre à quel point la flotte est devenue cruciale pour l’Etat, alors que la mer voit transiter, avec la mondialisation, près de 70% du commerce international. Capable de subvenir à elle-même, pouvant se déplacer sans contraintes aux quatre coins du globe, dotée de moyens d’action polyvalents, la marine est aujourd’hui la seule à pouvoir assumer l’ensemble des missions assurant la sécurité du pays. De la surveillance des approches maritimes à la lutte contre la pollution, en passant par l’action vers la terre, la défense aérienne et sous-marine, le contrôle des routes commerciales et des approvisionnements énergétiques, les missions spéciales des commandos, l’aide aux populations sinistrées et la lutte contre les narcotrafics, sans oublier le sauvetage en mer ou encore les opérations anti-terrorisme… Dans une analyse étayée et complète, les auteurs montrent que l’édification d’une marine puissante et polyvalente n’est pas un simple rêve de grandeur, c’est aussi, et surtout, une réalité stratégique, tant pour la France que pour l’Europe.
_________________________________________________

DE LA TERRE A LA MER,
Les enjeux de la marine française du XXIème siècle

Amiral Jean Moulin, Jacques Isnard

Editions PERRIN, Marine nationale, 2006

17.50 euros