Déminage : Le GPD Med est intervenu une centaine de fois l’an dernier

Dossier(s) : Marine nationale

Le Groupe des plongeurs démineurs de la Méditerranée n’a pas chômé l’an dernier, notamment dans le domaine de la neutralisation des vestiges « historiques », datant pour la plupart de la seconde guerre mondiale. Suite à la découverte d’engins explosifs par des tiers, le GPD est intervenu 72 fois l’an dernier, dont 58 sur des munitions de tous types et de tous calibres (bombe, mine, obus, torpille, cartouche). Les 14 autres interventions concernaient des engins inertes, des plaques métalliques  ou encore des piliers en béton soupçonnés d’être des engins explosifs lors de leur découverte.

Dans le même temps, les plongeurs démineurs de la Marine nationale, qui travaillent avec les chasseurs de mines basés à Toulon, ont réalisé 15 interventions après avoir découvert eux-mêmes des engins explosifs.

S’ajoutent à cela des campagnes destinées à traiter une zone préalablement définie sur une période donnée. Ce fut le cas en mai et juin 2012, 3.2 tonnes d’explosifs ayant été neutralisés en 12 jours de campagne (9 mines, une bombe, une torpille, un obus et une roquette inerte).

 

 

Plongeurs devant un chasseur de mines (© : MARINE NATIONALE)

Plongeurs devant un chasseur de mines (© : MARINE NATIONALE)

 

Plongeurs devant une mine (© : EMMANUEL DONFUT/BALAO)

Plongeurs devant une mine (© : EMMANUEL DONFUT/BALAO)

 

Pétardage d'une mine (© : MARINE NATIONALE)

Pétardage d'une mine (© : MARINE NATIONALE)

 

 

Une quarantaine de marins pour des missions très variées

 

 

Composé d’une quarantaine de marins, le GPD Med intervient depuis la terre ou en mer, à partir notamment des chasseurs de mines, de bâtiments bases de plongeurs démineurs ou de moyens nautiques légers. Pour les interventions sur munitions et engins conventionnels (IMEC), l’équipe est constituée au maximum de 5 hommes, alors que les interventions sur engins explosifs improvisés (IEEI) nécessitent 3 à 4 personnes. « L’activité des plongeurs démineurs est variée, aussi bien en mer qu’à terre. Ils ont pour mission de localiser tous les engins explosifs immergés ou enfouis sous le sol, puis de les identifier, de les neutraliser sur place ou de les faire exploser dans un périmètre sécurisé au large. Ils peuvent aussi être chargés de "désobuser" les fonds marins et d’effectuer des travaux sous-marins divers tels que de la soudure ou encore du déblayage d’accès portuaires. De plus, ils participent à des actions de service public en cas de naufrage ou d’accidents maritimes », rappelle la préfecture maritime de la Méditerranée.

 

Pour mémoire, la Marine nationale compte un groupe de plongeurs démineurs par façade maritime (GPD Atlantique, GPD Manche mer du Nord et GPD Méditerranée basés à Brest, Cherbourg et Toulon). Chaque unité est spécialisée dans un domaine. Pour le GPD Med, il s’agit des travaux sous-marins, notamment ceux liés à la préparation des opérations de débarquement.