Marine Marchande

Actualité

Emmanuelle Jarnot, première femme commandant à La Méridionale

La Méridionale compte désormais une femme commandant. Arrivée au sein de la compagnie en 1999, Emmanuelle Jarnot, qui va fêter ses 37 ans, devient ainsi le premier capitaine féminin de l'armement, mais aussi de l'ensemble des ferries et cargo-mixtes exploités vers la Corse. Elle prend la Barre du Girolata, le plus important navire de La Méridionale. « A bord d'un navire, il n'y a ni homme ni femme, il y a des marins, comme le soulignait avec respect Albert Londres. Ma nomination au poste de commandant récompense mon parcours d'officier depuis mon arrivée à La Méridionale le 19 mai 1999, le jour de mes 25 ans ! Comme tout un chacun, à mesure que je grimpais les échelons de la chaîne de commandement, j'ai dû prouver mes compétences », explique Emmanuelle Jarnot. Fille de marin, la jeune maman, qui fait la fierté de ses deux enfants, parle d' « accomplissement » et reconnait que que sa position « peut revêtir une signification pour beaucoup de femmes », dans un milieu encore très masculin. D'autant que le commandant Jarnot a passé une bonne partie de sa carrière dans les machines.
Après un bac scientifique et une formation à l'Ecole de la Marine Marchande (aujourd'hui l'ENSM), Emmanuelle Jarnot a débuté à La Méridionale en tant que lieutenant, puis 3ème mécanicien. De 2003 à 2008, elle a ensuite exercé les fonctions de second mécanicien. Veillant sur la propulsion et la production d'énergie, l'officier a donc fait ses armes au coeur des navires de la compagnie. Ces quelques années ont permis à Emmanuelle Jarnot de développer une excellente connaissance des équipements techniques du navire mais pas seulement. La machine est un monde à part, un lieu confiné où il faut aller à l'essentiel et savoir faire face aux situations d'urgence.


Le Girolata (© : TWINYPIX)

De la machine au poste de commissaire

L'étape suivante de sa carrière a consisté en deux années en tant que commissaire de bord. Cette fonction est un véritable challenge pour un officier. Le commissaire gère, en effet, le département Hôtellerie et Restauration du navire. Il est à la tête du plus important service à bord avec une vingtaine de personnes à encadrer. De plus, c'est le seul service pour lequel le responsable n'a pas d'adjoint. Il est donc exposé en direct aux questions opérationnelles et managériales, avec pour seul objectif la satisfaction des clients. Emmanuelle Jarnot rappelle que l'Ecole de la Marine Marchande ne forme pas à la gestion d'un Hôtel et d'un Restaurant. Ce poste est, ainsi, le seul où un officier ne peut pas asseoir son autorité sur son expertise initiale. Pour être crédible auprès de son équipe, il doit faire preuve « de méthode, d'organisation et savoir communiquer ». Comme à la machine, Emmanuelle Jarnot s'est adaptée à cette situation. Sa persévérance, son franc-parler et sa disponibilité ont été de véritables atouts dans l'accomplissement de sa mission. Plus encore, elle ne s'est pas contentée d'appliquer les procédures en cours, elle a aussi participé activement à faire évoluer les méthodes de travail.

Travailler sous pression tout en gardant son calme

Nommée second capitaine en 2010, Emmanuelle Jarnot a intégré le dernier service d'un navire qui lui restait à explorer : le pont. Cette fonction a pour mission de seconder le commandant, voire de le remplacer en cas de défaillance. L'officier a donc été formé par le « seul maître à bord » à la manoeuvre et à la direction générale du navire. Encore une fois, elle s'est distinguée par sa rigueur et son assurance. Pour la compagnie, elle a alors fini d'acquérir une vision globale de l'entreprise, des personnels et des fonctionnements qui la rend apte à la mission suprême. « Emmanuelle Jarnot a réalisé un parcours complet avec un passage probant dans les trois services du navire, machine-hôtel-pont. Elle a gravi les échelons les uns après les autres. Sur le Girolata, le plus important navire de La Méridionale, elle est responsable de 46 membres du personnel, 550 passagers et 150 voitures ; la compagnie lui confie aussi au nom de ses clients fret la marchandise transportée, d'une valeur de 10 millions d'euros en moyenne par traversée, et le navire proprement dit représentant de 50 à 150 millions d'euros d'actif. Avec son ouverture d'esprit, sa force de caractère, sa bonne aptitude à communiquer, sa capacité à travailler sous pression tout en gardant son calme, Emmanuelle Jarnot réunit toutes les qualités indispensables pour commander un navire», explique Marc Reverchon, vice-président et directeur général de La Méridionale.

Formation La Méridionale (Compagnie Méridionale de Navigation)