Marine Marchande

Actualité

Fairtransport relance le commerce maritime à la voile

Une brigantine hollandaise, les cales gorgées de marchandises, naviguant à l'ancienne pour livrer sa cargaison. Dans le goulet de Brest, c'est un peu comme si la machine à remonter le temps avait fonctionné. Parti le 11 octobre de Den Helder, aux Pays-Bas, le Tres Hombres a atteint Brest 10 jours plus tard. Une arrivée un peu laborieuse à la pointe Bretagne, avec d'abord une absence de vent au niveau d'Ouessant, évidemment problématique pour un bateau dépourvu de moteur. Puis il a fallu négocier la difficile arrivée jusqu'à Brest. Soumis à une très légère brise de sud dans la matinée du 21 octobre, le voilier de 32 mètres, armé par un équipage de 15 marins, est parvenu à atteindre le port dans l'après-midi, après avoir tiré des bords dans le goulet.
Exploité par la société Fairtransport, le Tres Hombres, suite à son appareillage de Den Helder, est d'abord passé par Brixham, en Angleterre, où il a chargé des produits bios s'ajoutant à sa cargaison néerlandaise. Rhum, bière, confitures, jus de fruit... L'objectif est d'embarquer et de vendre les différents produits au fil des escales, ce qui est le cas en France avec du vin de Bordeaux et du sel de Guérande. Après le Finistère, le périple doit se poursuivre de l'autre côté de l'Atlantique, aux Antilles, puis à New York. Les marchandises bénéficient d'un label « Fair Transport », garantissant un transport propre à la voile (90 % minimum de réduction des émissions de gaz à effet de serre).


Le Tres Hombres à son arrivée à Brest (© : MICHEL FLOCH)


Le Tres Hombres à son arrivée à Brest (© : MICHEL FLOCH)


Le Tres Hombres à son arrivée à Brest (© : MICHEL FLOCH)

Une future flotte de voilier dans les cartons

Le Tres Hombres est le premier navire de Fairtransport, dont l'objectif est de renouer avec le transport maritime à la voile afin de limiter au maximum les rejets nocifs pour l'environnement. « Nous travaillons à une meilleure connaissance du transport à la voile, propre et durable. Le trajet, accompli sans pétrole, ne contracte pas la dette environnementale que les transports classiques creusent chaque jour », explique TransOceanic Wind Transport (TOWT), société bretonne de transport à la voile, partenaire de Fairtransport, qui va s'appuyer sur un réseau de distributeurs pour promouvoir et vendre les produits acheminés par le Tres Hombres. Celui-ci est présenté comme un précurseur d'une future flotte de voiliers de commerce. « Ce premier pas permet d'ores et déjà de considérer, à tonnages et prix du baril de pétrole constants, de développer une flotte compétitive et d'entrer de plain-pied dans la transition énergétique. Ce projet international contribue à remplir les objectifs fixés par le Traité de Kyoto et Europe 2020. Il s'adresse à des producteurs, des distributeurs, des clients, des citoyens en mettant à disposition une flotte de voiliers de transport. Il ambitionne un développement de la flotte et du savoir-faire maritime ainsi que la participation à un consortium de construction des Eco-Voiliers de demain ». Les travaux de design ont déjà débuté en vue de lancer, si l'expérience du Tres Hombres est concluante et si les finances sont au rendez-vous, la construction des « Ecoliners ». Ces navires disposeraient d'une propulsion mixte, avec des moteurs peu polluants et trois à quatre mâts supportant de grandes voiles. Longs de 132 mètres et affichant un port en lourd de 8000 tonnes, avec la possibilité de charger des conteneurs, ils doivent permettre de réduire de 50% les émissions polluantes par rapport aux navires classiques.


Le projet Ecoliner (© : FAIRTRANSPORT)


Le projet Ecoliner (© : FAIRTRANSPORT)


Le projet Ecoliner (© : FAIRTRANSPORT)

Divers marine marchande