Energies Marines

Fil info

France Energies Marines lauréat du 2ème appel à projets EMR

Nouveau succès pour France Energies Marines qui double son portefeuille de projets de recherche et développement dédiés aux énergies marines renouvelables, dont il porte le montant opéré à plus de 14 M€. Dans le cadre des Investissements d’Avenir, les 2,7 M€ de ce deuxième co-financement par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) agrège 43 partenaires publics et privés de la filière, autour de 8 nouveaux projets collaboratifs. Cette démarche cohésive accompagne les premiers déploiements sur nos côtes d’éoliennes, posées et flottantes, et d’hydroliennes. Les sujets retenus traitent de problématiques transverses, avec des résultats et des méthodes utiles à l’accélération du développement du secteur, en France mais aussi à l’export : la caractérisation des sites de production, les innovations technologiques, l’insertion opérationnelle au réseau de fermes de plusieurs machines faisant suite à l’étape des prototypes et enfin l’attention aux impacts environnementaux, quatre composantes majeures d’intégration des énergies marines dans le nouveau mix énergétique induit par la transition énergétique.

Dans le cadre du programme des Investissements d’Avenir, la participation financière de l’Etat au développement de FEM a été engagée depuis 2015 sous la forme d’un conventionnement avec l’ANR. Cet engagement prend la forme d’appels à projets annuels de 2015 à 2017. Le résultat de ce deuxième exercice attribue à FEM 8 projets sur les 9 lauréats. Ce succès confirme l’intérêt d’une structure fédérée pour coordonner et développer les projets de R&D sur les énergies marines et la priorité donnée par l’Etat et les acteurs majeurs de la filière à la réalisation de ces projets.

Les 8 projets du 1er appel à projets étant en cours d’exécution, les plus courts et les plus précoces fournissent leurs premiers résultats : campagnes d’acquisition de données en mer, tests en bassin, validation des calculs et des designs. De même pour les 8 nouveaux projets, France Energies Marines et les 43 partenaires associés à leur réalisation agrègent des équipes pour répondre aux compétences exigées. Autour de cet effort, les priorités fixées par la feuille de route de FEM sont confirmées : la caractérisation des sites de production, le développement technologique en milieu marin, l’insertion opérationnelle de fermes EMR dans le réseau et l’analyse environnementale.

La dynamique est donc désormais bien lancée, grâce au renouvellement du soutien financier de l’Etat. Ceci s’inscrit parfaitement au sein du calendrier français du développement des EMR dont l’impulsion s’est accélérée, notamment : la poursuite de l’implantation et des appels d’offres de l’éolien posé qui concernent désormais 3 champs en Atlantique et 5 en Manche, les 2 AMI sites pilotes pré-commerciaux pour des fermes hydroliennes et d’éolien flottant, l’annonce d’appels d’offres imminents pour des fermes cette fois-ci commerciales, pour l’hydrolien et l’éolien flottant.

Le succès obtenu à ce 2ème appel à projet (un 3ème est planifié pour 2017) poursuit la consolidation du socle de compétences de FEM en tant qu’Institut pour la Transition Energétique pour fédérer la R&D de toute la filière. Au Havre, le 21 Mars 2017 veille du salon Seanergy, se tiendra la 1ère tribune scientifique et technique de tous ces projets : « France Energies Marines, Science & Technology Upgrades ».

A propos de France Energies Marines (FEM) et des projets cofinancés par ce premier AAP

Basée sur le développement de compétences dans le domaine de la R&D des EMR, l’association France Energies Marines est une structure de partenariat public-privé, fédérant les acteurs des EMR : les industriels, les bureaux d’études, les pôles de compétitivité Mer, les établissements de recherche et les régions littorales. En quatre ans, grâce aux contributions de ses membres puis de l’Etat, FEM s’est déjà positionnée comme un acteur reconnu du domaine des EMR et a développé une vingtaine de projets de R&D sur l’éolien offshore, les hydroliennes, la houle et l’énergie thermique des mers. L’équipe a ainsi pu se développer et constituer un premier noyau de compétences et d’expertises autour des technologies des EMR.

A l’issue des deux premiers AAP, nos principales thématiques de recherche sont couvertes par chacune par les nombre de projets suivant :

- 4 sur le volet caractérisation des sites de production, permettant de faire progresser l’instrumentation et les méthodes d’observation pour mieux appréhender la turbulence, les états de mer dont le déferlement, un phénomène très impactant pour les systèmes flottants, et la potentielle abrasion des systèmes hydroliens dans les zones à fort courant de marée,

- 7 sur le volet technologie, en contribuant à résoudre des questionnements sur la mise à l’épreuve dans la forte dynamique du milieu marin, pour des câbles de connexion, des lignes d’ancrage, des fondations, des structures composites collées, et également une preuve de concept pour une future génération d’éolienne flottante,

- 1 pour le volet architecture de fermes et intégration au réseau, en s’attachant à la tenue des câbles sur le fond dans les sites à fort coutant où sont exploitées les hydroliennes,

- 4 pour le volet environnemental, là encore en développant des capteurs pour suivre d’éventuels impacts sur l’avifaune ou sur le benthos au fond de l’eau, mais aussi en adoptant une démarche écosystémique capable d’intégrer les différentes formes de pression anthropique susceptibles de rompre l’équilibre des milieux marins.

Communiqué de France Energies Marines, 28/11/16

 

Energies Marines Renouvelables