Formation et Emploi

Interview

François Marendet : «Il faut faire le point sur la situation de l'ENSM»

François Marendet, nouveau directeur de l’Ecole nationale supérieure maritime, fait le point sur l’établissement après le dernier Conseil d’administration, qui a vu l’élection d’Hervé Moulinier à sa présidence. La nouvelle équipe dirigeante va devoir relever de nombreux défis dans les semaines à venir. Interview...

 

_______________________________________________________________________

 

 
Mer et Marine : Le dernier Conseil d’administration a vu l’annonce de la mise en place d’un projet d’établissement pour l’ENSM. Quel en est le calendrier ?
 
François Marendet : Il s’agit en effet de la priorité des prochaines semaines. Il est difficile de donner une date précise pour sa présentation, ce sera à la fin du premier semestre. Nous allons aller à la rencontre de l’ensemble des personnes concernées, les professeurs, les directeurs de centre, les armateurs mais également les élèves pour nous permettre d'établir ce nouveau projet.
 
Le ministre Frédéric Cuvillier a annoncé que les quatre sites de l’ENSM, Le Havre, Saint-Malo, Nantes et Marseille, seront maintenus. Le nouveau projet d’établissement va-t-il intégrer un nouveau plan de spécialisation des centres ?
 
Il est difficile de le dire actuellement. Il est absolument nécessaire de faire le point à la fois sur le fonctionnement de l’ENSM en général mais également de prendre en compte la réalité locale de chaque centre, d’évaluer les spécificités et les possibilités offertes par l’environnement de chacun d’entre eux. C’est ce que nous allons faire, notamment en travaillant avec les élus des territoires concernés.
 
Le budget de l’ENSM est actuellement déficitaire. Comment mener un projet d’établissement avec une situation financière dégradée ?
 
Lors du dernier Conseil d’administration, il a été voté une modification de la délibération fixant le budget 2013 avec une demande de nouvel état d’orientation budgétaire qui correspondra à la sortie du projet d’établissement. Il est nécessaire d’y voir clair sur les prochaines années pour mener une gestion cohérente de l’Ecole. Nous allons également faire le point sur les dépenses et les recettes de l'ENSM, qui sont de plusieurs types.  Nous devons également être prêts pour l’échéance de juin 2013, qui correspond au dépôt de projets dans le cadre des financements du programme de Contrats de plan Etat-Régions. D’où, encore une fois, l’importance d’avoir un dialogue et des projets solides au niveau local.
 
Des licenciements au sein du personnel de l’ENSM ont été évoqués. Est-ce toujours d’actualité ?
 
Le budget 2013 sera un budget de rigueur. Nous ne pouvons malheureusement pas exclure cette possibilité.
 
Des difficultés pédagogiques ont été évoquées par les élèves du nouveau cursus de la filière polyvalente, notamment en première année. Un an après l’alignement de la formation sur le parcours LMD (Licence-Mastère-Doctorat), des évolutions sont-elles possibles ?
 
Il y a de nombreux questionnements de la part des enseignants et des élèves sur ce nouveau cursus. Je crois que sans remettre en cause le principe de l’obtention du titre d’ingénieur, un retour d’expérience doit être fait. Des éventuelles évolutions et ajustements pourront en découler.
 
 
Propos recueillis par Caroline Britz
 

Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM) Interviews