Vie Portuaire

Actualité

Human Sea & Marisk : Deux jours d’échanges intenses

Nantes a accueilli durant deux jours, cette semaine, le colloque international Human Sea & Marisk, qui avait pour thème :  Challenge économique et maîtrise des nouveaux risques maritimes : quelle croissance bleue ?. Pour sa cinquième édition, le congrès Marisk, créé en 2005 par le Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire et l’Ecole Nationale Supérieure Maritime autour de la sécurité et la sureté maritime et portuaire, a avait décidé de s’unir cette année à Human Sea. Ce programme de recherche européen, lancé en 2014, vise à étudier sur le plan juridique les nouvelles activités maritimes liées aux progrès technologiques, avec pour objectif une exploitation durable et organisée des océans et de leurs ressources. « On voit la nécessité d’une nouvelle gouvernance des océans pour assurer la protection de la biodiversité et régir l’appropriation des ressources en haute mer. Il faut organiser la planification des espaces marins pour encadrer les conflits d’usage et enrichir la règlementation internationale sur ces enjeux nouveaux », souligne Patrick Chaumette, directeur du Centre de droit maritime et océanique (CDMO) de l’Université de Nantes, aux commandes de Human Sea, dont les travaux finaux seront présentés en octobre 2018.

Un double-évènement basé sur de fortes convergences

Droit de travailleurs des plateformes et champs éoliens offshore, questions de sécurité et de sûreté liées aux forages de plus en plus lointains et profonds, mais aussi au gigantisme croissant et projets de dronisation des navires, nouveaux risques issus de la situation économique et géopolitique mondiale…  Les points de convergence entre Marisk et Human Sea ont naturellement poussé les organisateurs à s’unir pour valoriser encore plus largement leurs travaux respectifs ainsi que les atouts de Nantes comme grande place maritime et centre d’excellence dans le domaine de la sécurité et de la sûreté, tant d’un point de vue portuaire qu’industriel, mais aussi au niveau de la recherche et de l’enseignement. D’où la présence au sein des organisateurs de l’ENSM et de l’Ecole nationale de sécurité et d’administration de la mer (ENSAM), elle aussi nantaise et qui forme les futurs administrateurs et inspecteurs des Affaires maritimes, chargés notamment de veiller au respect de la règlementation maritime.

 

ENSM, CDMO, GPMNSN et ENSAM réunis pour ce colloque  (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

 

Des thématiques très variées

L’alliance de Marisk et Human Sea avait aussi pour but d’enrichir les débats et renforcer l’attrait de l’évènement au-delà des frontières hexagonales. C’est d’ailleurs un enjeu historique de Marisk, qui a su au fil des années attirer un public de plus en plus international autour de débats animés par des intervenants de qualité, avec une approche volontairement concrète et des interactions avec l’audience, pendant et entre les conférences. Lors des tables rondes, on a notamment parlé cette fois des problématiques de cyber-sécurité auxquelles font face les armateurs, ports et opérateurs, de protection des champs éoliens en mer, de l’encadrement juridique des plateformes multi-usage, de l’entretien et du démantèlement des installations offshore, de la mise en œuvre de la notion d’installation à haute fiabilité, du tourisme maritime de masse, de l’exploitation du gaz polaire et la protection de l’environnement arctique, ou encore des enjeux sécuritaires dans le golfe de Guinée.

350 congressistes et des intervenants venant de 11 pays

Venant d’Europe, d’Afrique ou d’Asie, 350 congressistes ont répondu présent pour cette nouvelle édition, avec des interventions d’une trentaine d’experts originaires de 11 pays. « Il y a dans ce colloque des gens de différents horizons, des opérationnels, des industriels, des fonctionnaires, des chercheurs et des étudiants. Les gens viennent échanger, partager leurs expériences et nourrir les réflexions. C’est ce qui fait le succès de cet évènement, qui a acquis un rayonnement important avec une présence internationale forte et beaucoup de gens qui reviennent d’une édition à l’autre », se félicite Laurent Galy, chargé de mission auprès de l'Inspecteur général des affaires maritimes et directeur de l'Unité des concours et examens maritimes à l'ENSAM.

 

Port de Nantes Saint-Nazaire Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM)