Histoire Navale

Actualité

Il y a 51 ans... Le France

Le paquebot France à lui seul pourrait mériter son musée... A défaut, le Musée national de la Marine, installé au palais de Chaillot à Paris, a eu l'excellente idée de rendre hommage au plus controversé des transatlantiques français. Celui qui, probablement, a fait couler le plus d'encre. C'est la première partie de sa vie, la plus courte, sur laquelle le Musée de la Marine a décidé consacre son exposition. L'entrée dans le musée commence par la découverte d'une grande lettre F posée dans le hall entre deux maquettes géantes de galions... Au fur et à mesure de l'avancée, apparaissent le R, le A, le N, le C et pour finir, à l'entrée de l'expo dédiée à l'ex-fleuron de la marine française, un E de 2 mètres 50, à même échelle que les cinq autres. Ces six lettres, qui trônaient fièrement entre les deux cheminées, sur le pont soleil du plus grand paquebot du monde, jusqu'à un jour d'août 1979, posent le décor. Empruntes de l'histoire du transatlantique, elles ouvrent le chemin du visiteur qui s'apprête désormais à descendre les marche de l'escalier, rappelant curieusement la grande descente des salles de restaurant des grands navires d'autrefois.


Le France à New York (© : MUSEE DE LA MARINE)


L'Expo France (© : MUSEE DE LA MARINE)

Quand soudain, au pied des marches, une immense photo du navire avec, posé à terre, des bagages d'époque ; des bagages d'une autre époque ; vous indique que désormais, vous embarquez : « Bienvenue à bord de France » comme le disait autrefois la publicité. On commence par la construction bien entendu, les images sont épatantes, beaucoup de photos inédites, on dirait que la photothèque des chantiers de Saint-Nazaire y est passée. L'exposition explique aux adultes comment était construit le navire, d'où venaient les matériaux (de France bien entendu, le gouvernement ayant exigé que tous les matériaux soient français). Le jeune public n'est pas en reste. La signalétique bleue offrant un jeu-découverte aux enfants, avec il faut l'avouer, des questions pointues sur la construction du navire....


L'Expo France (© : MUSEE DE LA MARINE)


L'Expo France (© : MUSEE DE LA MARINE)

Dans cette partie construction, on voit des morceaux de la tôle et un hublot, provenant du navire et rappelant son funeste sort, puisqu'il termina sous les chalumeaux des ferrailleurs indiens. Puis on entre dans l'espace décoration, où se trouvent les fauteuils, les tables et les chaises qui ornaient le salon Fontainebleau, les suites Normandie ou Ile de France, et les ponts extérieurs du grand bateau. L'idée est originale, le musée a reproduit de grandes photos devant les fauteuils et tables prouvant leur provenance et les replaçant dans leur contexte d'époque... Les Laques prêtées par l'écomusée de Saint-Nazaire, qui ornaient quant à elles le salon Ravel du transatlantique montrent aux visiteurs ce que les architectes et artistes français ont pu créer 51 ans auparavant.
Les allées défilent jusqu'à pénétrer dans une carlingue d'avion, comme si le France avait besoin de revoir celui qui l'a tué ! On regrettera que la maquette d'agence destinée aux vendeurs de croisières aux Etats-Unis n'ait pas été branchée pour l'occasion. Les coursives se poursuivent, en nous offrant la possibilité de voir ce que proposait le navire pendant ses croisières et ses traversées, des cours de cuisine aux cours d'anglais, en passant par les flippers et le bowling embarqué... Le paquebot France offrait à ses passagers ce que les années 60 faisaient de mieux.


L'Expo France (© : MUSEE DE LA MARINE)


L'Expo France (© : MUSEE DE LA MARINE)

Les souvenirs émouvants des passagers se succèdent lorsqu'on commence à apercevoir la fin de l'exposition. Une brève évocation du Norway et du Blue lady, puis nous voilà sur la fin de ce fabuleux voyage dans les années 60. Le débarquement s'annonce. On ne peut que regretter que ce navire, qui a vogué 12 années sous pavillon français et plus de 24 sous pavillon norvégien, n'ait pas plus de reconnaissance de la longue période où il navigua sous le nom de Norway. Car il ne fait pas oublier que les Scandinaves ont offert au navire une belle carrière, le choyant au même titre, et peut-être plus, que sa patrie d'origine. Dommage que l'évocation soit si légère.
Ceci étant dit, l'avenir d'un nouveau France s'organise, en remontant les marches qui nous mènent vers l'exposition permanente le public découvre le projet de Didier Spade : « Le Nouveau France », avec une maquette au 200e du futur paquebot, qui pourrait naviguer vers 2015... La silhouette, étonne, mais France en son temps ne l'a-t-il pas été autant, avec ses cheminées si particulières et si innovantes ?
_____________________________________________________

Exposition « Paquebot France »

du 9 février au 23 octobre 2011,
au Musée national de la Marine à Paris, palais de Chaillot.

Du lundi au vendredi : 11 h à 18 h
Samedi et dimanche : 11 h à 19 h

- Plus d'informations sur le site de l'exposition