Il y a cinq ans, Queen Mary 2 quittait les chantiers de Saint-Nazaire

Dossier(s) : STX FRANCE (Chantiers de Saint-Nazaire)
Retour en images sur une journée exceptionnelle. C'était un lundi, il y a tout juste cinq ans. Après 23 mois de construction, le plus grand paquebot transatlantique jamais conçu par l'homme faisait ses adieux à Saint-Nazaire. Le 22 décembre 2003, Queen Mary 2 pointait son étrave vers le l'océan devant des dizaines de milliers de personnes, massées sur les quais, les jetées et le front de mer. Paquebot de « tous les superlatifs » comme on l'appelait à l'époque, le navire mesure 345 mètres de long et affiche une jauge de 145.000 tonneaux. Il s'ébranle peu après 16 heures. Aidé par les remorqueurs, le mastodonte quitte le bassin C puis effectue un quart de tour dans l'estuaire de la Loire. Pont de Saint-Nazaire derrière lui, Queen Mary 2 s'engage dans le chenal, escorté par une flottille de remorqueurs et de vedettes. Pour saluer ce fleuron de l'industrie nationale, dernier d'une prestigieuse lignée qui avait déjà vu naître ici Normandie et France, les Alphajets de la Patrouille de France réalisent plusieurs passages, laissant au dessus du géant un long panache tricolore. Le spectacle est à la hauteur de l'évènement. De Saint-Nazaire et de sa région, mais aussi de très loin, on est venu en nombre assister au départ du plus grand paquebot du monde. Et lorsque le liner descend majestueusement l'embouchure de l'estuaire, ceux qui sont à bord du navire ou des bateaux l'accompagnant assistent à un spectacle presque surréaliste. Par milliers, les flashs des appareils photos font littéralement crépiter les deux rives. La flottille défile sous le ciel bleu d'une exceptionnelle journée d'hiver, durant laquelle le paquebot disparaîtra dans un somptueux soleil couchant. Devant un tel spectacle, devant ce géant d'acier, de technologie et de savoir-faire, qui ne s'est pas senti fier ce jour là ? Sur le côté du QM2, une grande banderole estampillée « Merci Saint-Nazaire ! » venait rappeler le défi que des milliers de salariés des chantiers et de ses sous-traitants avaient relevé.


Le QM2 au bassin C le 23 décembre 2003 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

L'émotion est très grande ce 22 décembre 2003, à la mesure du spectacle et de la prouesse technique, du symbole que le Queen Mary 2 constitue, mais aussi de l'histoire d'une construction qui a marqué Saint-Nazaire dans sa chair. En ce lundi, chacun pense évidemment aux victimes du drame de la passerelle, qui a endeuillé la ville un mois plus tôt. Et puis il y a aussi l'inquiétude face à un plan de charge que l'on voit se réduire à peau de chagrin, faute de commandes. Au plus fort de l'année 2003, ils étaient 12.000 à travailler aux chantiers. Combien seront-ils demain ? La question est dans tous les esprits.
Pour sauver l'ultime survivant des grands chantiers civils français et ce qui constitue encore la dernière industrie lourde du pays, l'Etat placera des commandes permettant de franchir ce cap difficile. Cinq ans plus tard, le chantier a changé trois fois de nom mais la situation semble la même, répétant le cycle immuable de la construction navale, faite de périodes d'euphories et de moments critiques. Saint-Nazaire vient encore de signer une magnifique réalisation, le MSC Fantasia, peut être encore plus abouti que le Queen Mary 2, mais voit les nuages s'accumuler à l'horizon. Une fois de plus, les chantiers vont devoir faire face au gros temps, pour rebondir de nouveau quand le grain sera passé. Appelé à la rescousse, l'Etat jouera sans doute son rôle en ces temps difficiles. Et c'est finalement logique. Car, cinq ans après, les images du départ du Queen Mary 2 viennent rappeler qu'un tel navire réunit le meilleur de ce que sait faire l'industrie française.


Le QM2 au bassin C le 23 décembre 2003 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le QM2 au bassin C le 23 décembre 2003 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le QM2 au bassin C le 23 décembre 2003 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le QM2 au bassin C le 23 décembre 2003 (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)


Le départ du Queen Mary 2 de Saint-Nazaire (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)