L-CAT 44 : Le nouvel engin de débarquement de CNIM

Dossier(s) : CNIM

Sur la base de son concept Landing Catamaran, qui a donné naissance aux quatre nouveaux engins de débarquement amphibie rapides (EDAR) de la Marine nationale, CNIM a conçu une version agrandie de ces bateaux. Long de 44 mètres pour une largeur de 17.3 mètres (contre 30 mètres de long et 12 mètres de large pour l’EDAR), le L-CAT 44 permet, grâce à ses dimensions plus importantes, de doter l’engin d’une véritable passerelle et d’augmenter ses capacités d’emport. Il dispose, également, de locaux vie plus développés (cuisine, carré, salle de détente et 7 cabines pour l’équipage) lui permettant de naviguer en toute autonomie durant une dizaine de jours. Comme l’EDAR, le L-CAT 44 dispose d’une plateforme élévatrice entre ses deux flotteurs permettant de stocker du matériel et des véhicules, avec une capacité d’emport de 200 tonnes. Dotée d’une rampe à l’avant et à l’arrière, cette plateforme s’abaisse pour les opérations de débarquement ou, dans cette position, permet d’évoluer dans de très petits fonds avec un tirant d’eau réduit à 1.45 m (contre 2.7 mètres plateforme relevée).

 

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

 

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

 

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

 

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

 

Conçu comme une unité polyvalente, le L-CAT 44 peut faire la navette entre un bâtiment de projection et la côte, afin par exemple d’embarquer en porte à porte des hommes et des véhicules présents sur le bateau puis de les débarquer sur une plage ou dans un port. Le nouvel engin de CNIM peut aussi servir aux opérations humanitaires, projeter discrètement à terre une force de frappe mécanisée, ou encore lancer un raid nautique en mettant en œuvre des embarcations commandos mises à l’eau grâce à sa plateforme élévatrice. A cet effet, il peut accueillir 125 soldats, en plus de ses 12 membres d’équipage.

Disposant d’une coque en aluminium, le L-CAT 44 est doté d’hydrojets et d’une puissance propulsive de 4.4 MW, permettant d’atteindre la vitesse de 21 nœuds. Son autonomie est de 2000 milles à 12 nœuds.

 

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

Le L-CAT 44 (© : CNIM)

 

Le Multipurpose Patrol Craft (MPC)

 

En plus de ce nouveau modèle et de la version de base du L-CAT, on rappellera que CNIM propose toujours, à partir du même concept de catamaran doté d’une plateforme élévatrice, une gamme de bâtiments hybrides, à la fois patrouilleurs, navires de transport et engins de débarquement. C’est le cas du Multipurpose Patrol Craft (MPC). Capable de naviguer en haute mer, cet engin de 40 mètres de long et 17.4 mètres de large dispose d’une passerelle surplombant la plateforme élévatrice centrale, d’une capacité d’emport de 60 tonnes. Il peut s’agir de fret, par exemple humanitaire, ou d’équipements militaires, dont des véhicules, y compris blindés. Comme l’EDAR ou le L-CAT 44, le MPC peut en effet s’échouer sur une plage et y débarquer des troupes et matériels, ou bien se servir de sa plateforme pour lancer des embarcations rapides. Le tirant d’eau du navire, dont la plateforme s’abaisse pour transformer le catamaran en bateau à fond plat, passe alors de 2 m à seulement 75 cm.  Doté d’une infirmerie et de locaux-vie, le bâtiment, qui peut héberger 30 personnes, est également capable d’embarquer du matériel de lutte anti-pollution.

 

Le MPC (© : CNIM)

Le MPC (© : CNIM)

 

Le MPC débarquant des véhicules sur une plage (© : CNIM)

Le MPC débarquant des véhicules sur une plage (© : CNIM)

 

Le MPC mettant en oeuvre des embarcations commando (© : CNIM)

Le MPC mettant en oeuvre des embarcations commando (© : CNIM)