La CGT appelle à la grève pour imposer le pavillon français sur le cabotage

Dossier(s) : Divers marine marchande
La Fédération Nationale des Syndicats Maritimes CGT appelle à une grève de 24 heures reconductible à compter du 17 mars. La FNSM réclame, notamment, la mise en oeuvre du pavillon français (premier registre) pour tous les armateurs effectuant du cabotage national. La CGT accuse la politique de « dérèglementation » du gouvernement. « Ces dernières années, les plans sociaux se sont succédés dans tous les secteurs de la navigation soumis à cette politique au nom de la concurrence libre et non faussée. Ce sont plusieurs milliers d'emplois de marins français qui ont disparu et ce, malgré 75 millions d'euros, par an, d'aides sociales distribuées aux armateurs français et près de 200 millions d'euros d'exonérations fiscales au titre de la taxe au tonnage », affirme le syndicat. Ce dernier réclame que toutes les compagnies exploitant des navires sur le cabotage national arment leurs bateaux au premier registre du pavillon français. Pour la CGT, cette mesure est notamment valable sur les liaisons transmanche, mais aussi dans le sud de la France. Sont notamment visées LD Lines et Corsica Ferries, dont les navires battent pavillon italien et britannique, décision répondant parfaitement, se défendent les armateurs, à la règlementation européenne. La FNSM appelle par ailleurs le gouvernement à faire évoluer les textes de loi pour le long cours afin de maintenir et développer l'emploi de marins français.