Défense

Actualité

La construction du premier PPA de la marine italienne a débuté

Tête de série d’un programme qui comprendra au moins 7 unités, le premier bâtiment italien du type PPA (Pattugliatore Polivalente d’Altura) a vu sa construction débuter le 13 février au chantier Fincantieri de Muggiano, près de La Spezia. Bien qu’appelés patrouilleurs hauturiers, ces navires sont plutôt à classer dans la catégorie des frégates compte tenu de leur gabarit et des équipements qu’ils pourront mettre en œuvre.

Longs de 132.5 mètres pour une largeur de 16.5 mètres et un déplacement à pleine charge d’environ 4500 tonnes, les PPA adoptent un concept modulaire et, à partir d’une même plateforme, se déclineront en différentes versions adaptées à des missions particulières. Celles-ci iront de la simple patrouille hauturière, nécessitant des moyens de surveillance et de sauvetage développés mais un armement limité, jusqu’aux opérations de combat de haute intensité, en passant par les interventions humanitaires ou de protection civile, par exemple suite à des catastrophes naturelles.

Dans cette perspective, les bâtiments pourront délivrer de l’eau potable et de l’électricité (2000 kW) à terre. Ils disposeront en outre de deux zones modulaires, au centre et à l’arrière (d’une capacité respective de 8 et 5 conteneurs de 20 pieds), capables d’accueillir différents équipements sous forme conteneurisée: matériel pour les opérations, logistique, logements, soutien médical… 

 

 

Capables d’accueillir en temps normal 171 personnes, les PPA auront une propulsion de type CODAG (combined diesel and gas), avec deux moteurs diesels et une turbine à gaz. Leur vitesse maximale sera de 32 nœuds pour une autonomie de 5000 milles à vitesse économique et 30 jours d’opération.

Capables de mettre en œuvre des embarcations semi-rigides allant jusqu’à 11 mètres, soit sous bossoirs soit via une rampe à la poupe, les PPA auront un vaste hangar capable de loger deux hélicoptères NH90 ou un AW-101, ainsi que des drones.

Les senseurs comprendront notamment un radar multifonctions à quatre faces planes (bandes X/C) dont le développement a été confié à Selex ES, filiale de Finmeccanica qui se chargera également de fournir un système de combat reposant sur une architecture ouverte, mais aussi un système de communication intégré de nouvelle génération, de nouveaux systèmes électro-optiques et une nouvelle conduite de tir. Les PPA pourront aussi, selon les versions, être équipés d’un sonar de coque et d’un sonar remorqué, de lance-leurres et de brouilleurs.

On notera que ces bâtiments vont également bénéficier du concept de « cockpit » co-développé par Fincantieri et Selex ES. Ce système permettra une gestion intégrée de la conduite de la plateforme et du système de combat, en recourant notamment à la réalité augmentée. Ces technologies permettront faciliteront la tenue de situation tout en réduisant le personnel de quart. 

 

 

Côté armement, les futurs bâtiments italiens seront donc gréés en fonction des différents rôles qu’ils rempliront. Les modèles les plus évolués pourront mettre en œuvre un système SAAM, avec 16 missiles surface-air Aster, y compris la version navalisée de l’Aster Block 1A, optimisée pour la défense contre missiles balistiques. Les bâtiments disposeront, en outre, de 8 missiles antinavire Teseo, de tubes lance-torpilles pour MU90, une tourelle de 127mm, un canon de 76mm, ainsi que deux affuts télé-opérés de 25mm.

C’est en 2021 que la marine italienne doit réceptionner son premier PPA. Fincantieri livrera les autres en 2022, 2023, 2024 (deux unités), 2025 et 2026. Alors que 7 PPA ont pour l’heure été commandés, la construction de 10 unités a été initialement évoquée pour ce programme, lancé en 2015 dans le cadre du plan de renouvellement de la Marina militare, qui comprend également un bâtiment de projection et un navire logistique. 

 

marine italienne Fincantieri