Défense

Actualité

La marine française va recevoir son premier NH90 au standard 2

D’ici la fin du mois, la Marine nationale devrait prendre livraison de son premier Caïman (NH90) au standard 2. Cette nouvelle version permettra à l’hélicoptère de mener des missions antinavire et anti-sous-marine, avec notamment la mise en œuvre d’un sonar trempé FLASH et de torpilles MU90 (puis, à l’avenir, du futur missile antinavire léger ANL/FASGW si ce programme voit bien le jour). Par rapport aux premières machines (standard 1) en service depuis décembre 2011 dans l’aéronautique navale, le nouvel hélicoptère ne présentera pas de différences structurelles. Le passage de la version de base à la version de combat s’opèrera, en fait, par l’ajout d’un kit de combat facilement intégrable sur les différents hélicoptères. Avant d’être versé en flottille, le huitième Caïman Marine français passera par le Centre d’expérimentations pratiques et de réception de l’aéronautique navale (CEPA/10S) basé à Hyères.

 

L'Aquitaine et le Caïman Marine (© : PHILIP PLISSON)

 

27 machines à livrer d'ici 2021

 

En tout, 27 Caïman Marine, version française du NH90 NFH (Nato Frigate Helicopter) ont été commandés. Pour l’heure, 7 machines ont été livrées par NH Industries, consortium regroupant Eurocopter, AugustaWestland et Fokker, portant industriellement ce projet. Actuellement, les flottilles 31F (Hyères) et 33F (Lanvéoc-Poulmic) disposent chacune de trois hélicoptères, un septième étant reparti chez l’industriel pour sa première grande maintenance. Le rythme de livraison des Caïman doit être de deux machines par an en moyenne, ce qui doit amener l’aéronautique navale à 2021 pour disposer de l’intégralité de son parc de NH90. Cet appareil remplace les Super Frelon, retirés du service en 2010, ainsi que les Lynx, dont il reste 22 exemplaires en parc et qui doivent être mis en retraite entre 2015 et 2021.

Pour l’heure, le Caïman Marine sert aux missions de transport et de sauvetage hauturier depuis ses bases en Atlantique et Méditerranée. Grâce à la mise en service du standard 2, il pourra servir à compter de 2013 aux missions de lutte ASM depuis les nouvelles frégates multi-missions (FREMM), la tête de série de ce programme, l’Aquitaine, ayant été livrée ce mois-ci à la marine en vue d’une admission au service actif l’an prochain. Pour sa traversée de longue durée, le bâtiment devrait embarquer un Caïman Marine.

 

L'Aquitaine et le Caïman Marine (© : PHILIP PLISSON)

Marine nationale Aéronavale