La Russie relance la production en série de corvettes et de sous-marins

Dossier(s) : Marine russe
Le renouvellement de la flotte de surface russe a repris avec la mise sur cale, le 27 juillet, du Boïki. Construite aux chantiers Severnaya Verf de Saint-Petersbourg, cette corvette de 1900 tonnes à pleine charge est la troisième unité du type 20380. La construction des deux premières, Steregouchtchi et Soobrazitelny avait commencé en 2001 et 2003 pour une admission au service actif en 2005 et 2007. Après des débuts difficiles pour cette nouvelle classe de bâtiments, le commandant de la marine russe, cité par l’agence de presse RIA-Novosti, estime que la mise sur cale du Boïki signifie le début de la construction en série de ces navires. Selon l'amiral Vladimir Kouroedov : « La marine a un très grand besoin de ces corvettes dotés d’équipements et d’armement modernes. Nous projetons d'en construire une vingtaine pour l’ensemble des quatre flottes russes ». Destinées à la défense côtière, ces corvettes aux formes furtives seront dotées de 8 missiles antinavires SS-N-25, deux systèmes surface/air à courte portée Kashtan, un canon de 100mm, quatre tubes lance-torpilles et un hélicoptère. D’une longueur de 93,90 mètres, le Boïki pourra atteindre la vitesse de 27 nœuds grâce à deux turbines à gaz. La puissance motrice sera de l’ordre de 14.700 kW. Une version dérivée a également été prévue pour la vente à l’export.

Sous-marins diesels de nouvelle génération

Après la mise en chantier de nouveaux submersibles à propulsion nucléaire, la Russie s’intéresse de nouveau aux sous-marins classiques. Le lendemain de la pose du premier bloc de la corvette Boïki, c’était au tour du Kronstadt d’être mis sur cale. Ce sous-marin est la deuxième unité du type Saint-Pétersbourg dont le premier exemplaire prépare ses essais à la mer avant une admission au service actif prévue l’année prochaine. D’un déplacement de 1850 tonnes en surface et 2600 en plongée, ces sous-marins à propulsion diesel électrique seront, selon l’amirauté russe, particulièrement discrets. Amélioration des célèbres Kilo vendus à une vingtaine d’exemplaires en Inde, en Iran, en Chine, en Pologne, en Algérie et en Roumanie ; une version export des Saint-Pétersbourg est également prévue. Disposant d’un mât optronique et ‘un système de propulsion auxiliaire en circuit fermé, ces sous-marins atteindront 21 nœuds en plongée et seront armés de 18 torpilles et missiles.