Le nouveau bâtiment de projection algérien

Dossier(s) : Fincantieri Marine algérienne

Commandé à Orizzonte Sistemi Navali, société commune des groupes italiens Finmeccanica et Fincantieri, le nouveau Bâtiment de Débarquement et de Soutien Logistique (BDSL) de la marine algérienne, dont la découpe de la première tôle est intervenue le 11 janvier 2012 au chantier Fincantieri de Riva Trigoso, sera un navire très intéressant. Version agrandie et améliorée des bâtiments amphibie italiens du type San Giorgio, le futur BDSL algérien mesurera 143 mètres de long pour 21.5 mètres de large, son déplacement en charge atteignant 9000 tonnes.

Capable d'atteindre la vitesse de 20 noeuds grâce à deux moteurs diesels, avec une autonomie de 6000 milles à vitesse économique, le bâtiment disposera d’un pont d’envol continu, avec deux spots d’appontage pour hélicoptères à l’avant et à l’arrière. La partie du pont au niveau de l’îlot sera dotée d’un ascenseur pouvant accueillir une machine de 30 tonnes et donnant accès à un hangar pouvant abriter 5 hélicoptères lourds.

 

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

 

D’importantes capacités amphibies et hospitalières

 

Le BDSL disposera d’importantes capacités amphibies. Un radier, s’ouvrant sur l’arrière, permettra de mettre en œuvre trois chalands de débarquement (Landing Craft Mechanized). De plus, sur bâbord, des bossoirs permettront de mettre à l’eau trois chalands de type LCVP (Landing Craft Vehicle Personnel). Le reste de la drome comprendra, notamment, un chaland de type LCP (Landing Craft Personnel) et deux embarcations rapides pour commandos (RHIB). Ces moyens permettront de débarquer sur une plage des troupes, avec leur matériel, dont des véhicules. Le bâtiment disposera à cet effet d’un garage pouvant, notamment, accueillir 15 chars lourds, ainsi que des logements pour 440 soldats, en plus des 150 membres d’équipage.

Le navire disposera aussi d’infrastructures hospitalières importantes, avec un hôpital de 50 lits dotés de salles d’opération, permettant d’assurer aux troupes débarquées un soutien santé ou bien de servir lors d’opérations humanitaires au profit de populations civiles.

 

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

 

Armements et équipements électroniques conséquents

 

Mais, par rapport à ce que l’on rencontre habituellement sur les bâtiments de projection, le BDSL algérien se distinguera surtout par la puissance de ses équipements électroniques et de son armement. Il disposera, notamment d’un EMPAR, radar tridimensionnel développé par Selex Sistemi Integrati qui équipe les frégates de défense aérienne du type Horizon et le porte-aéronefs Cavour.  Ce radar servira à la détection aérienne à grande portée et à la conduite de tir des Aster 15. Le BDSL sera, en effet, le premier bâtiment de projection à mettre en œuvre ces missiles anti-missiles développés par MBDA. En tout, 16 munitions seront embarquées dans deux lanceurs verticaux situés à l’arrière de l’îlot. L’armement comprendra également une tourelle de 76mm OTO-Melara, pouvant servir à la défense antiaérienne ou contre buts de surface, mais aussi aux tirs contre des cibles côtières. L’artillerie sera complétée par deux canons télé-opérés de 25mm, gérés comme le 76mm par une conduite de tir NA 25 FCS de Selex SI. Enfin, le bâtiment sera doté d’une suite complète de guerre électronique fournie par Thales et Elettronica, associée à deux lance-leurres SCLAR-H d’OTO-Melara.

 

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

Vue du futur BDSL (© : ORIZZONTE SISTEMI NAVALI)

 

Un spectre de missions très large

 

Ces équipements permettront au BDSL s’assurer sa propre protection et celle des unités débarquées, notamment contre une menace aérienne ou des missiles antinavire. Il s’agit là d’un avantage considérable, surtout que les moyens de protection sont, souvent, le point faible des navires de projection, qui doivent systématiquement être escortés lorsqu’ils évoluent dans une zone sensible. Le BDSL n’aura donc pas ce problème, ses capacités lui offrant même un spectre de missions plus vaste que la plupart de ses homologues. « Ce type de navire, à côté de ses traditionnelles missions d’opérations amphibies et de support logistique, est parfaitement équipé pour mener d’autres types de missions, comme la défense aérienne et antinavire, le commandement et le contrôle (C4I - Computerized Command, Control, Communications and Intelligence) d’opérations aériennes et navales », explique Orizzonte Sistemi Navali, qui a décroché, avec ce programme, son premier contrat à l’export.

La livraison du BDSL est prévue en septembre 2014, sa mise en service devant intervenir l'année suivante, une fois la formation de l'équipage terminée.