Le porte-avions Charles de Gaulle appareille pour l'océan Indien

Dossier(s) : Marine nationale
Le porte-avions Charles de Gaulle a appareillé de Toulon ce matin pour gagner l'océan Indien. Ce départ avait été retardé afin de procéder à l'échange standard d'une soupape de sécurité sur le circuit de propulsion arrière. Le problème ne présentait pas de danger et n'obérait en rien les capacités du bâtiment mais, en raison de la législation (très stricte) en matière de sûreté nucléaire et le déploiement du groupe aéronaval ne revêtant pas de caractère urgent, une réparation a été décidée à Toulon, d'autant que le Charles de Gaulle se trouvait encore à proximité de sa base. Le navire avait donc regagné le port varois le 14 octobre. « Le professionnalisme et l'investissement des équipes chargées de cette intervention technique ont permis de la réaliser en deux semaines. Depuis son admission au service actif il y a bientôt 10 ans, c'est la seconde fois que le porte-avions revient à quai sur incident technique », souligne la Marine nationale.
Accompagné par les frégates Forbin et Tourville, du pétrolier-ravitailleur Meuse et d'un sous-marin nucléaire d'attaque, le porte-avions français embarque, pour cette mission de quatre mois, 12 Super Etendard Modernisés (SEM), 10 Rafale Marine (F3), 2 avions de guet aérien Hawkeye et plusieurs hélicoptères. Le groupe aéronaval mènera différents exercices et entrainements en Méditerranée, mer Rouge, océan Indien et golfe Persique, tout en participant à certaines opérations. Il doit, ainsi, apporter son concours à l'opération européenne de lutte contre la piraterie Atalante, et appuyer avec ses avions les troupes engagées en Afghanistan (opération Pamir).
Long de 261 mètres pour un déplacement de 42.000 tonnes en charge, le Charles de Gaulle, construit par DCNS à Brest, a été admis au service actif en 2001. Depuis, il a réalisé l'équivalent de 15 tours du monde et plus de 23.000 catapultages. Cette mission Agapanthe constitue son cinquième déploiement en océan Indien.


Le Charles de Gaulle appareillant le 30 octobre (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)


Le Charles de Gaulle appareillant le 30 octobre (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)