Marine Marchande

Reportage

Maersk Line passe aux porte-conteneurs de 18.000 EVP

Un nouveau pas vient d'être franchi dans le gigantisme maritime. Ce 21 février, la compagnie danoise a annoncé la commande de 10 porte-conteneurs d'une capacité de 18.000 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur). Longs de 400 mètres pour une largeur de 59 mètres et un tirant d'air de 73 mètres, les mastodontes de la classe « Triple-E », qui doivent leur nom aux notions d'Efficience énergétique, d'Economie d'échelle et d'Environnement, sont livrables entre 2013 et 2015. D'un coût unitaire de 190 millions de dollars, ils ont été commandés aux chantiers sud-coréens DSME, qui décroche une commande globale de 5.7 milliards de dollars. Et ce n'est sans doute qu'un début puisque le contrat comporte une option pour 20 navires supplémentaires.


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)

Ces navires seront, et de loin, les plus gros de ce type en service dans le monde. Par rapport aux unités de la classe E, comme l'Emma Maersk (14.770 EVP), la longueur est à peine plus importante (3 mètres de plus) afin de disposer de navires pouvant être traités par les infrastructures portuaires existantes ou en développement. En revanche, la différence est significative sur la largeur, les Triple-E atteignant 59 mètres, contre 56 pour les E-Class. Cela permet d'ajouter une rangée de conteneurs sur chaque bord.


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)


Vue du futur Triple-E (© : MAERSK LINE)

Des navires optimisés et moins polluants

Grâce à la mise en service de ces nouveaux porte-conteneurs, Maersk entend répondre à l'accroissement de l'activité sur les services entre l'Asie et l'Europe ; tout en optimisant ses lignes avec les navires les plus rentables en termes de coût par tonne transportée. Les Triple-E doivent permettre, au passage, de réduire de moitié les émissions de CO2 par conteneur transporté, comparé à la moyenne des navires affectés aujourd'hui aux lignes Asie-Europe. Même par rapport aux unités de 13.000 EVP entrées en flotte ces dernières années, le gain serait de 35%. « L'un des plus grands challenges auxquels nous faisons face aujourd'hui est de concilier la hausse des besoins pour une population mondiale en croissance et de minimiser l'impact de cette tendance sur notre planète. Le commerce international continuera de jouer un rôle clé dans le développement de l'économie mondiale mais, pour le bien de la planète, nous devons continuer à réduire les émissions de CO2 », estime Elvind Kolding, directeur général de Maersk Line.


Les Triple-E auront deux moteurs (© : MAERSK LINE)


Les Triple-E auront deux moteurs (© : MAERSK LINE)

Deux moteurs et deux lignes d'arbres


Pour parvenir à ce résultat, la forme de la coque est optimisée et les Triple-E adoptent une nouvelle propulsion. Alors que leurs aînés ne disposaient que d'un gros moteur et une ligne d'arbres, les nouveaux porte-conteneurs adoptent une double motorisation avec deux lignes d'arbres. Comme les unités de plus de 13.000 EVP récemment construits pour Maersk et CMA CGM, le bloc passerelle est déporté sur l'avant, ce qui permet d'améliorer la visibilité et d'ajouter des conteneurs en hauteur. Dans le même temps, une autre structure émerge sur le tiers arrière, avec à son sommer les deux cheminées par où sortent les gaz d'échappement issus des deux moteurs. En déportant ces derniers vers la poupe, un espace supplémentaire est gagné au centre pour loger des conteneurs en cale. La vitesse des porte-conteneurs géants de Maersk devrait, quant à elle, atteindre 23 noeuds, contre 25 pour les unités de la classe E.