Marseille : Le trafic portuaire recule de 3%

Dossier(s) : Port de Marseille

Avec 85.79 millions de tonnes traitées en 2012, le premier port de commerce français a enregistré un repli de son trafic de 3% par rapport à l’année précédente.  Une baisse liée en grande partie au recul des hydrocarbures ayant transité par Fos, baisse de 11% (près de 52.7 Mt) consécutive à la chute du pétrole brut (32 Mt, -15%) et du gaz naturel liquéfié (5.47 Mt, -20%). Arrêts techniques chez Total, mise sous cocon de LlyondellBasell, activité discontinue de Cressier et abandon de l’alimentation par Fos pour Karlsruhe ont fait perdre au port 5.7 millions de tonnes de brut par rapport à 2011. Quant au GNL, le Grand Port Maritime de Marseille explique la baisse par la forte demande du Japon en gaz, la faible activité économique mais aussi par l’ouverture du gazoduc Nord Stream vers l’Europe.

Seuls les échanges de raffinés augmentent (13.09 Mt, +4%), à l’import essentiellement, en compensation des difficultés du raffinage.

Les imports de biocarburants, de méthanol et de benzène constituent les moteurs de la croissance des vracs chimiques et alimentaires, qui totalisent de leur côté 3.55 millions de tonnes sur l’année, soit une hausse de 10% par rapport à 2011.

 

 

Méthanier au terminal de Fos-Cavaou (© : PORT DE MARSEILLE - FOS)

Méthanier au terminal de Fos-Cavaou (© : PORT DE MARSEILLE - FOS)

 

 

Conteneurs : le cap du million d’EVP dépassé

 

 

Le trafic de marchandises diverses dépasse 17 millions de tonnes (17.2 Mt) soit 11% de plus qu’en 2011. Les trafics rouliers (4.1 Mt) sont tout juste à l’équilibre avec une orientation à la baisse des échanges de remorques avec le Maghreb. L’activité conventionnelle (2.53 Mt), directement liée à celle d’ArcelorMittal, connait un taux de croissance de 25%. Cette hausse est à tempérer par la comparaison avec une année 2011 où seul un haut-fourneau sur deux fonctionnait.

 

 

Terminaux à conteneurs de Fos (© : PORT DE MARSEILLE - FOS)

Terminaux à conteneurs de Fos (© : PORT DE MARSEILLE - FOS)

 

 

Dans le domaine des conteneurs, le secteur progresse de 13%, tiré par les terminaux de Fos qui ont vu leur activité augmenter significativement, avec 827.346 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur) traités, soit un bond de 16%. Ce dynamisme permet au GPMM de dépasser, pour la première fois, le cap du million d’EVP (1.062 MEVP).  Troisième port européen après les hubs méditerranéens de Gioia Tauro et Algesiras à connaître une hausse à deux chiffres de son trafic de conteneurs, Marseille-Fos dit avoir, malgré la crise, pleinement bénéficié l’an dernier des effets de la réforme portuaire. La « fiabilité sociale », comme l’appelle le GPMM, ainsi que la mise en service des deux terminaux à conteneurs privés Fos 2XL et les nouvelles implantations logistiques ont porté la croissance.

Concernant les bassins de Marseille, le trafic conteneurisé est resté stable (235.062 EVP, +1%) avec un gain de 3000 EVP vers et depuis l’Algérie. Le projet de terminal de transport combiné de Mourepiane, pour lequel l’Etat et les co-financeurs se sont fortement engagés en 2012, doit renforcer, à terme, la compétitivité du terminal de Marseille (Med Europe Terminal).  

 

Avec une croissance de 25%, le segment des vracs solides dépasse en 2012 le seuil des 12 millions de tonnes (12.27 Mt). Il se trouve dynamisé par l’activité sidérurgique (7.77 Mt, +36%) qui a renoué avec les imports de houille et de minerai de fer. Les autres vracs, comme les matériaux de construction, ont évolué favorablement (+19%), avec un trafic cumulé de 3.46 Mt. Le segment des agro-alimentaires, par contre, s’effrite (1.04 Mt, -16%) contrastant avec une campagne céréalière 2011 exceptionnelle.

 

 

Le ferry Tanit (© : DROITS RESERVES)

Le ferry Tanit (© : DROITS RESERVES)

 

 

Record historique de passagers

 

 

Avec 2.43 millions de voyageurs, l’année 2012 fut marquée par un nouveau trafic historique de passagers (+4% par rapport à 2011). La destination Corse via Marseille a été choisie par 1.02 million de voyageurs, une première pour le port phocéen (+3% par rapport à 2011). Par ailleurs, grâce au Tanit, l’un des  plus gros ferries exploités en Méditerranée, mis en service en 2012 vers la Tunisie, la destination progresse de 10% (227.100 passagers) alors que l’Algérie recule de 11% (271.300 passagers).  

 

Les 10% de hausse des croisières (890.100 passagers) confortent Marseille au rang de premier port français pour la croisière. La part des voyageurs en tête de ligne s’établit à 35%, soit 2 points de plus qu’en 2011, en vertu d’une hausse de 18% de leur nombre en 2012.  

Ce segment d’activité s’est vu renforcé en 2012 par deux décisions majeures du port. Tout d’abord, celle de confier la relance de la forme 10, plus grande forme de réparation navale d’Europe, au groupement commercial constitué de Mariotti, San Giorgio del Porto et sa filile CNM, ainsi que STX France. Le GPMM consacrera 21 millions d’euros à cet outil au service des navires de plus de 300 mètres, dont les plus gros paquebots de croisières croisant en Méditerranée. La forme 10 devrait être opérationnelle en 2015.  

 

 

)

La forme 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

 

Le port de Marseille Fos a ensuite confirmé la décision d’agrandir la passe nord de la Digue du Large pour faciliter l’accès au port des paquebots de croisière de dernière génération avec un investissement de 35 millions d’euros. Cet aménagement sera finalisé en 2016.

 

 

Chiffre d’affaires en baisse de 12%

 

 

Le chiffre d’affaires net attendu pour 2012 s’élève à 136 millions d’euros, en baisse de 12% par rapport à 2011. Le port de Marseille-Fos explique ce recul par le repli du trafic de brut et le changement de périmètre de facturation suite au transfert des activités d’exploitation lors de la réforme portuaire.

L’autorité portuaire prévoit d’améliorer son chiffre d’affaires de plus de 6% en 2013, grâce à une augmentation du trafic de conteneurs conjuguée à une hausse de la taille des navires, plus rémunératrice pour le port.  

 

En 2012, le port a réalisé 40 millions d’euros d’investissements, dont une part importante (15M€) a été dédiée au maintien des infrastructures et du patrimoine existant : routes, quais, digue du large, dune de la Gracieuse à Port St Louis.  14 M€ ont été consacrés au pôle passagers et à l’interface Ville-Port avec des réalisations telles que la rénovation du J1, l’accueil du ferry Tanit ou l’allongement d’un poste à quai pour la croisière. Un montant de 9 M€ est revenu au pôle conteneurs et logistique avec, en particulier, l’aménagement de la zone de la Feuillane.

 

 

La forme 10 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : PORT DE MARSEILLE - FOS)

 

 

Nouveau projet stratégique en 2013

 

 

L’année 2013 verra l’élaboration du nouveau projet stratégique du port pour la période 2014-2018. Plusieurs axes de vigilance encadreront sa définition, comme la prise en compte de la concertation continue et la poursuite de la diversification des activités du port en compensation de la chute des trafics de pétrole brut.

Amorcée depuis les années 2000 avec le GNL et le conteneur, cette diversification devra se renforcer avec l’identification de nouvelles filières génératrices de chiffre d’affaires. Une exigence de recettes car le port devra faire face dans les années à venir à de lourdes opérations d’aménagement dans un contexte financier tendu : terminal à conteneurs Fos 4XL (200 M€), terminaux de transport combiné à Marseille comme à Fos et autres aménagements logistiques (200 M€), terminal méthanier Faster (dont 50 M€ financés par le port) et aménagement des bassins de Marseille (450 M€).

Enfin, 2013 sera l’année du 50ème anniversaire de la zone industrielle de Fos. C’est début juin que le port fêtera cette étape symbolique, dont il souhaite faire le symbole de « l’amorce d’un nouveau cycle de développement et d’écoute ».

Selon une étude de l’OCDE, publiée fin 2012, le port de Marseille-Fos génère 45.000 emplois et 4 milliards d’euros de valeur ajoutée.