Marine Marchande

Actualité

Mor Glaz dénonce le « nouvel esclavagisme des mers »

A l'occasion de la journée internationale des marins, l'association Mor Glaz a voulu rappeler les conditions de vie parfois extrêmement difficiles des gens de mer. Citant le secrétaire général de l'Organisation Maritime Internationale (OMI), Koji Sekinimizu, Mor Glaz rappelle le rôle indispensable des 1.5 million de marins qui acheminent 90% du commerce mondial. « En reconnaissance du rôle vital que ces marins continueront à jouer, je demande instamment aux armateurs de répondre à leurs aspirations en offrant un hébergement confortable, l'accès à l'Internet et d'autres installations que nous tenons tous pour acquis à terre au 21ème siècle et une bonne formation », a notamment demandé Koji Sekinimizu.
Une demande reprise par Mor Glaz, qui rappelle que « 4 marins sur 5 sont originaires de pays pauvres souvent exploités par des pseudos-armateur sans scrupule qui profitent de la pauvreté et de la naïveté des habitants des pays d'Afrique, d'Asie ou de pays dans lesquels la pauvreté n'est pas qu'un slogan ».
S'appuyant sur une enquête menée par la journaliste Kattalin Landaburu, l'association dénonce un nouvel esclavagisme. « Si le commerce du bois d'ébène fait partie d'un passé révolu, les navires continuent de transporter, avec eux, un monde d'inégalité et de précarité sociale. Pourtant ce monde de transport est loin d'être marginal. En 30 ans il a enregistré une progression de près de 430% et son coût, lui, a baissé de plus de 30%. Ces économies ont été réalisées en exploitant des vieux navires âgés parfois de plus de 30 ans, mal ou pas entretenus, ils acheminent en grande quantité des marchandises coûteuses. Nous rencontrons de plus en plus de marins malheureux avec des salaires et des conditions de vie en dessous de toutes les normes du Bureau International du Travail(BIT) et du syndicat International du Travail (ITF). Des marins exploités par des " pseudos-armateurs " qui n'ont pas leur place dans les activités maritimes. Que font les Etats du pavillon qui ne contrôlent ni l'état des navires ni les conditions sociales des marins ? »

Divers marine marchande