Ocean Eagle 40 : CMN lance un nouveau trimaran de surveillance maritime

Dossier(s) : Constructions Mécaniques de Normandie (CMN)

C’est le dernier-né des bâtiments militaires des Constructions Mécaniques de Normandie, qui espère bien le vendre rapidement à plusieurs marines. Baptisé Ocean Eagle 40, il s’agit d’un trimaran destiné aux missions de surveillance et d’intervention maritime (lutte contre la piraterie, le terrorisme et les trafics illicites, soutien aux opérations spéciales, recherche et sauvetage…), mais aussi de renseignement. Pour développer ce nouveau design, les ingénieurs de CMN sont partis d’un besoin opérationnel exprimé par certaines marines, désireuses de se doter d’un patrouilleur rapide disposant d’une très forte autonomie. Deux caractéristiques difficiles à faire cohabiter sur une plateforme aux dimensions limitées, soit une quarantaine de mètres de long. Partant d’un audit réalisé auprès des militaires, CMN a travaillé sur un design très innovant, adoptant une coque trimaran, étudiée avec un expert mondial de cette architecture. Pour gagner du poids, le chantier cherbourgeois a également opté pour une coque en matériaux composites, plutôt qu’en aluminium. Ce choix permet aussi d’améliorer la résistance, sachant que l’Ocean Eagle 40 bénéficie d’une protection balistique. Afin d’obtenir les performances et la fiabilité désirées, les ingénieurs se sont aussi inspirés, dans certains cas, de technologies issues du secteur aéronautiques, jusqu’ici étrangères au milieu naval.

 

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

 

 

30 noeuds, 5000 milles d'autonomie, un drone et des commandos

 

 

Il en résulte un bâtiment compact long de 40 mètres et large de 17 mètres, capable d’atteindre 30 nœuds, avec une autonomie de 5000 milles à vitesse économique, ce qui est considérable compte tenu du gabarit de la plateforme. L’autonomie en vivres est de 7 jours pour un équipage limité à seulement 7 marins, avec des logements supplémentaires pour 8 personnes. Ces « passagers » peuvent, par exemple, être des commandos. L’Ocean Eagle 40 est, en effet, en mesure de soutenir et servir de base à des opérations spéciales. A cet effet, il peut mettre en œuvre une embarcation rapide de 9.5 mètres installée à l’arrière et mise à l’eau au moyen d’une rampe. Le bâtiment se caractérise aussi, grâce à son architecture en trimaran, par sa très vaste plateforme, conçue pour le déploiement d’un drone aérien de surveillance de la classe 300 kg, par exemple le Camcopter S-100 de Schiebel.

 

 

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

 

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

 

 

Cet engin est arrimé sur le pont et recouvert, lorsqu’il n’est pas en action, par un dispositif de protection contre l’environnement (eau, sel…) Côté armement, le patrouilleur est doté d’un canon télé-opéré de 20mm ou 30mm situé au dessus de la timonerie, une configuration testée avec succès par CMN sur l’intercepteur de 15 mètres DV15 RWS. Afin d’obtenir une couverture à 360 degrés, deux mitrailleuses de 12.7mm manuelles sont disposées de chaque bord de la plateforme, à l’arrière. Elles sont démontables afin de pouvoir laisser l’aire d’appontage et de décollage totalement libre lors des manœuvres du drone.

 

 

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

 

 

Importantes capacités de renseignement

 

 

On notera que le bâtiment est également doté de moyens de guerre électronique, notamment un intercepteur de communications, lui permettant de réaliser des missions de renseignement. Il dispose aussi, en plus de ses capacités radar de navigation et de surveillance, d’un système électro-optique complétant les moyens de détection. A cela s’ajoute une liaison de données par satellite permettant d’envoyer vers la terre ou d’autres navires des images, des vidéos et des informations tactiques. L’ensemble est interfacé avec un système de combat (CMS) et un système de navigation intégré (INS). On notera que l’ensemble des consoles permettant de gérer les senseurs, l’armement et les communications se trouvent en passerelle. « L’Ocean Eagle offre un compromis optimal entre la performance et l’autonomie. C’est, par excellence, un patrouilleur rapide multifonctions répondant aux besoins des marines et garde-côtes souhaitant se doter d’un nouveau concept de navire offrant d’importantes capacités d’intervention et de renseignement aérien par drone », explique CMN, qui dévoilera officiellement ce nouveau design à l’occasion des salons IDEX et NAVDEX, se déroulant à Abu Dhabi du 17 au 21 février. Mais, d'ores-et-déjà, le constructeur aurait reçu pour l'Ocean Eagle 40 un intérêt marqué de la part de ses clients privilégiés, qui ont évidemment eu la primeur de découvrir ce concept.

 

 

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)

L'Ocean Eagle 40 (© : CMN)