Défense

Reportage

Perseus : Le nouveau concept de missile de MBDA

Un missile d'attaque hypersonique et multi-rôle, capable de frapper avec plusieurs têtes des cibles navales et terrestres dispersées et re-localisables. C'est le concept dévoilé par MBDA dans le cadre de réflexions destinées à imaginer ce que pourrait être un missile naval dans 25 ans. Baptisé CVS401 Perseus, cet engin, qui pourrait être mis en oeuvre depuis bâtiment de surface et sous-marin, est le fruit d'un travail de R&D mené durant six mois par MBDA. « Dans le cadre de l'initiative Concept Visions, nous avons initié un challenge au niveau des équipes de MBDA en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Italie. L'objectif était d'imaginer un missile capable de répondre à la problématique d'une action littorale en 2035 dans un contexte géostratégique complexe. Nous avons posé la question de savoir quel serait le moyen de frappe des premiers jours pour une force navale, au travers d'un système modulaire pouvant neutraliser des cibles navales, terrestres et re-localisables », explique Lionel Mazenq, reponsable du projet Concept Visions 2011. Ce challenge interne a remporté un beau succès puisque la direction a reçu 200 réponses. Sur la base des propositions et à l'issue d'ateliers réunissant des opérationnels de la Marine nationale et de la Royal Navy, une équipe de 9 personnes dans quatre pays a été constituée pour développer un concept-missile. L'engin est certes futuriste, mais évite une trop grande complexité et s'appuie sur des technologies devant être mâtures dans les 20 prochaines années. Bien qu'il ne s'agisse que d'un concept qui ne sera probablement jamais produit tel quel, il a, de plus, bénéficié d'un solide travail technique, avec des simulations sur l'aérodynamique, la propulsion, la charge militaire ou encore ses performances générales.



Il en résulte un missile d'environ 800 kilos capable d'atteindre la vitesse de Mach 3. Mis en oeuvre depuis une cellule de lancement vertical ou un tube de sous-marin, ce concept permettrait de remplacer les missiles antinavires lourds actuellement en service (Harpoon, Exocet, Otomat, Harpoon, RBS-15, Kormoran...) tout en y ajoutant des fonctions de frappe contre la terre avec reconnaissance de cibles et capacité de tir sur des objectifs dispersés, rapidement re-localisables et même banalisés (missiles dissimulés dans des conteneurs). Dans son emploi terrestre, le CVS401 Perseus ressemble à un missile de croisière, comme le Scalp Naval, puisqu'il dispose d'un système de navigation, ainsi que de capacités de pénétration. Néanmoins, sa portée est beaucoup moins importante, soit 300 kilomètres, ce qui en fait bien une arme tactique et non stratégique. Le CVS401 Perseus est conçu pour offrir une capacité de pénétration améliorée des défenses adverses, y compris si celles-ci sont sophistiquées. On notera d'ailleurs que MBDA a imaginé un missile volant à très haute altitude, ce qui autorise des attaques plongeantes au travers de la zone vulnérable de la défense adverse.


(© : MBDA)

VOIR L'INFOGRAPHIE EN GRAND FORMAT

Pour la détection et la reconnaissance de cible, le Perseus est doté d'un radar multifonctions à antenne active. Autonome à partir de la désignation d'objectif, il peut identifier des cibles terrestres quelque soit la météo, à partir de l'imagerie radar. Pour l'affinage du point visé en phase finale, le missile utilise un système multi-spectral, avec son radar et l'imagerie laser, qui offre une très haute résolution pour la reconnaissance d'objectif. Mais il embarque aussi un récepteur, permettant son utilisation en mode guidage, par exemple par une équipe au sol. Ce mode offre une grande réactivité, notamment pour traiter des objectifs dits « à temps critique », par exemple des batteries terrestres mobiles pouvant être mises en place et retirées très rapidement. On notera que le Perseus peut aussi recevoir des informations tactiques en vol (par satellite ou relais aérien), ce qui permet notamment de le recaler dans le cadre d'une frappe antinavire, contre un bâtiment se déplaçant et se cachant dans le trafic maritime commercial.


(© : MBDA)

Le CVS401 Perseus présente également une innovation très intéressante, avec l'emploi de charges multiples. En phase finale, le missile frapper d'un seul bloc, ou bien déployer deux charges autonomes, permettant ainsi de neutraliser trois cibles différentes. Guidées, les charges autonomes vont frapper les cibles désignées par le missile principal. Ce concept permet, par exemple, de détruire un ensemble composé d'un shelter et de lanceurs. Il est aussi très intéressant dans le cadre d'une attaque antinavire contre un grand bâtiment. En frappant la cible à plusieurs endroits distincts et non en un seul point, le Perseus provoque de multiples effets explosifs, neutralisant la lutte contre les incendies, qui devient ingérable à bord du navire.
Les équipes de MBDA ont, enfin, travaillé sur l'utilisation d'un tel engin, notamment au niveau du système de préparation de mission et de mise en oeuvre. Intégré au système de combat du bâtiment porteur, le Perseus aurait accès à l'ensemble des données liées à la situation tactique en mer, à terre, mais aussi dans les airs puisqu'il pourrait traverser le trafic aérien. Afin de rendre un système d'armes très sophistiqué utilisable dans un contexte tactique, l'ensemble bénéficie de fortes automatisations, tout en laissant les choix critiques aux opérateurs.