Marine Marchande

Reportage

Porte-conteneurs : A bord de l'Eugen Maersk, le géant des des géants

397.7 mètres de long, 56.40 mètres de large, jusqu'à 16 mètres de tirant d'eau et plus de 156.000 tonnes de port en lourd.... Nous vous emmenons aujourd'hui à la découverte de l'Eugen Maersk. L'énorme porte-conteneurs de la compagnie danoise Maersk Line s'est récemment présenté dans le chenal du port du Havre. L'occasion, pour Mer et Marine, de monter à bord de ce géant, huitième unité du type Emma Maersk. Il s'agit des plus gros navires de ce type jamais construits. Officiellement, la capacité de chaque mastodonte est de 11.000 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur) mais, officieusement, les spécialistes estiment que ces bateaux pourraient, en réalité, transporter, en pleine capacité, de 13.500 à 14.500 boites.


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)

L'empilement des conteneurs est, en tous cas, impressionnant, avec 10 étages en cale et 8 en pontée. La capacité en reefers (conteneurs réfrigérés) est donnée à 1000 unités de 40 pieds. Côté propulsion, les porte-conteneurs de cette classe, dotés de deux paires d'ailerons stabilisateurs, affichent une puissance de 108.920 cv, soit 80.080 kW. Les compartiments abritant la propulsion sont à l'image du bateau, particulièrement impressionnants. L'appareil propulsif est composé d'un moteur diesel de 14 cylindres Wärtsilä, deux moteurs électriques, cinq diesels générateurs (20.700 kW) et une turbine à gaz (8500 kW). Malgré la présence d'une seule hélice, le navire doit pouvoir dépasser les 26 noeuds. Pour les manoeuvres portuaires, les Emma Maersk disposent de deux propulseurs à l'avant et deux autres à l'arrière. Une question se pose néanmoins : Une telle masse se manoeuvre-t-elle facilement ? « C'est un beau bateau avec de belles oeuvres et qui gouverne très bien », assure François Le Guern, l'un des pilotes du Havre qui a amené l'Eugen Maersk jusqu'au Terminal de la Porte Océane, à Port 2000 ( Voir notre article Les Pilotes face aux nouveaux Mastodontes).


Au pied du géant... (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)




Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Les machines de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


La ligne d'arbres de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)

Prévu pour être opéré avec seulement 13 marins

L'équipage n'est, quant à lui, composé que de 23 marins. La compagnie a, toutefois, prévu de pouvoir opérer ses nouveaux géants avec seulement 13 personnes. Mais, malgré une automatisation de plus en plus poussée, il est peu probable que l'équipage initial soit réduit de moitié. A partir d'un certain stade, le personnel semble en effet incompressible. Ainsi, sur l'Eugen Maersk, seuls un officier et deux marins se chargent des manoeuvres d'accostage, une belle performance quand on observe la taille des amarres. Le navire est, en tous cas, conçu pour pouvoir accueillir 30 personnes, passagers inclus. Les équipements de sauvetage consistent, pour leur part, en deux canots de 38 places, six « life rafts » et un canot.


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Sur l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


A la passerelle de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


A la passerelle de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


A la passerelle de l'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


Baptisé en août 2006, la tête de série de cette famille de porte-conteneurs géants a rapidement été rejoint par ses sept sisterships, tous construits aux chantiers d'Odense, au Danemark. Le dernier de la série, l'Eugen Maersk, a été mis en service fin janvier et, avant de prendre son service (AE7) entre l'Asie et l'Europe, a mené le mois dernier une tournée de ramassage de boites vides à Aarhus (Danemark) puis Zeebrugge et Le Havre. Ainsi, 1600 EVP ont été chargés au Terminal de la Porte Océane, à Port 2000, entre le 19 et le 21 février. Le terminal, qui a accueilli son premier navire fin 2007, n'est équipé que de quatre portiques, soit moitié moins que dans les ports asiatiques touchés par les porte-conteneurs de la classe Emma Maersk. Le Havre peut, néanmoins, se targuer d'être l'un des rares ports d'Europe du nord à disposer des infrastructures capables de traiter des géants de 400 mètres de long. Aux côtés de Rotterdam et Zeebrugge, le port autonome espère donc, à l'avenir, voir se développer les escales de porte-conteneurs géants. Reste, pour cela, à développer un volume suffisant d'EVP transportés depuis les terminaux normands. C'est ce que le PAH tente notamment de faire en appuyant le développement des dessertes ferroviaires, par exemple vers l'Allemagne.


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)


L'Eugen Maersk assisté des Abeilles (© : MER ET MARINE - ERIC HOURI)

A.P. Møller - Mærsk