Soufre : Les armateurs européens veulent un report à 2020

Dossier(s) : Divers marine marchande
Les armateurs européens, réunis les 28 et 29 juin a Chypre pour le Conseil d'administration de l'ECSA (European Community Shipowners' Association), ont pris une position commune sur le dossier de l'émission de soufre par les navires. Pour mémoire, la directive soufre, qui devrait prochainement entrer en vigueur, va transposer en droit communautaire l'annexe 6 de la convention internationale Marpol. Ce texte prévoit l'abaissement à 0.1% de soufre dans les gaz d'émission de navires, dès 2015 dans certaines zones, les SECA (Manche, mer du Nord, Baltique), et en 2020 pour l'ensemble des eaux européennes.
Dans un communiqué commun les armateurs européens ont demandé le report à 2020 de l'abaissement à 0.1% de la teneur en soufre. « Lorsque l'Organisation Maritime Internationale a adopté en 2008 l'obligation pour les armateurs d'utiliser un carburant a faible teneur en soufre, les Etats ont fait le pari que le délai fixe a 2015 pour les zones dites SECA serait suffisant pour permettre aux acteurs du secteur énergétique et aux motoristes de s'adapter. Force est de constater que cela n'a pas été le cas ».
Dans le contexte tendu actuel, notamment dans le secteur du transport de passagers, de nombreux armements ne pourront encaisser le surcoût des soutes désulfurées. « Le risque aujourd'hui est de provoquer un report modal de la mer vers la terre, c'est-a-dire un retour vers la route ou d'autres moyens de transport plus contraignants. Si les armateurs européens ont déjà réduit leurs émissions de soufre de 80% depuis 2006, un délai supplémentaire est néanmoins nécessaire pour la mise au point de solutions nouvelles telles que le gaz naturel liquéfie (GNL) ou les scrubbers (dispositif d'épuration des gaz d'échappement), quine sont, a ce jour, ni techniquement disponibles ni économiquement viables ».