Marine Marchande

Analyse

Transport maritime et développement durable : Une conciliation pas toujours aisée

Le transport maritime est un des principaux vecteurs de croissance du commerce et des échanges mondiaux de marchandises et leurs chiffres respectifs ne cessent de croître. Les acteurs économiques, dont les armateurs, y trouvent un avantage certain pour leur business, mais sont depuis plusieurs décennies confrontés à d'autres objectifs, jugés également majeurs : un objectif social et un objectif environnemental. L'activité de transport maritime, règlementée sous bien des aspects, à l'instar de toute autre activité économique, fait dès lors l'objet d'encadrements normatifs sociaux et environnementaux de plus en plus poussés. Comment se réalise cette indispensable conciliation entre l'activité armatoriale, indéniable créatrice de richesses, et les impératifs propres à ce que l'on dénomme maintenant le développement durable ? Si les trois intérêts en présence - économique, social et environnemental - peuvent facilement diverger, des efforts importants sont réalisés pour tendre vers leur développement harmonieux et commun. Cependant, au travers de trois exemples, l'Institut Supérieur d'Economie Maritime (ISEMAR) met l'accent sur quelques difficultés restant à dépasser.

- LIRE LA NOTE DE SYNTHESE DE L'ISEMAR
_______________________________________________

L'Institut Supérieur d'Economie Maritime a été créé en 1997. Pole unique en France, l'ISEMAR est, à la fois, un centre de recherche, un formidable outil de collecte et de diffusion de l'information, ainsi qu'une structure de conseil, à destination des collectivités locales et des acteurs privés du monde maritime et portuaire. Soutenu par la ville de Saint-Nazaire, Nantes Métropole, la Chambre de Commerce et d'Industrie de Nantes Saint-Nazaire et l'Union maritime locale, L'ISEMAR, s'il reste ancré dans l'estuaire de la Loire, s'adresse à l'ensemble de la communauté maritime nationale et européenne.

- Plus d'informations sur le site de l'ISEMAR

- Ecoutez l'Interview de Paul Tourret, directeur de l'ISEMAR