Croisières et Voyages

Actualité

Un milliardaire australien veut construire en Chine un nouveau Titanic

L'annonce a fait lundi le tour de la planète. Clive Palmer, un milliardaire australien, a dévoilé son projet visant à construire un nouveau Titanic. Un paquebot présentant les mêmes dimensions que le célèbre liner de la White Star Line, qui a fait naufrage en avril 1912 au large de Terre Neuve. L'idée a, évidemment, de quoi séduire. Mais le sérieux technique et commercial du projet reste à démontrer. D'abord, il faudrait intégrer toutes les spécifications permettant au navire de répondre aux règlementations d'aujourd'hui, notamment en termes de sécurité, ce qui sur certains points semble contradictoire avec l'architecture d'époque du Titanic. De même, l'encombrement et les caractéristiques de l'appareil propulsif n'auraient rien à voir. Il y aurait donc, peut-être, quatre cheminées, mais la moitié serait alors factice. Quant aux trois lignes d'arbres, là aussi, on demande à voir. Clive Palmer évoque, en tous cas, l'adoption de moteurs diesels, ainsi que l'ajout d'un bulbe et de propulseurs d'étrave. Vouloir reproduire le design du Titanic apparait en tous cas comme une hérésie, 100 ans de recherches dans la construction navale ayant permis de disposer de formes de carènes bien plus optimisées que celles du défunt paquebot. Revenir aux lignes d'antan serait donc une ineptie en termes de coûts d'exploitation et probablement de confort, surtout que le Titanic II est annoncé comme devant naviguer dans l'hémisphère nord (il faudrait aussi intégrer des ailerons stabilisateurs). Quant aux espaces intérieurs, là aussi il faudrait prendre en compte l'évolution de la croisière en un siècle, ce qui imposerait inévitablement des modifications significatives. Enfin, sans évoquer une multitude d'autres détails, Clive Palmer annonce qu'il compte faire réaliser son navire en Chine, au chantier CSC Jinling Shipyard, c'est-à-dire dans un pays qui n'a aucune expérience de la construction de paquebot, un savoir-faire très spécifique qui n'a rien à voir avec celui nécessaire aux simples cargos.
Autant dire que ce projet laisse sceptique, au moins en ce qui concerne la construction d'une réplique du Titanic. Si cette idée voit le jour, le navire aura peut-être des lignes rappelant celles du vieux liner, mais ce ne sera évidemment pas le même bateau. Clive Palmer, dont la fortune est estimée à près de 4 milliards d'euros, affirme en tous cas que le Titanic II, long comme son aîné de 269 mètres, entrera en service fin 2016. Luxueusement aménagé, il compterait 840 cabines et ferait sa traversée inaugurale entre Southampton et New York, comme son illustre aïeul.

Titanic