Nautisme

Actualité

Voile : Les organisateurs du Trophée BPE satisfaits

Pour ses promoteurs, le Trophée Banque Privée Européenne, qui rassemblait 27 solitaires, a tenu toutes ses promesses. Si cette 4e édition a consacré Nicolas Troussel (« Financo »), elle a aussi offert d'incroyables empoignades dignes de match-racing. En somme, du grand spectacle ! Après un départ en douceur devant Belle-Ile-en-Mer les 25 mars dernier, la flotte des Figaro a entamé une descente express vers le Cap Finisterre où la vitesse a cédé la place à la tactique et la stratégie météo. Dès lors, les trajectoires ont largement divergé : certains ont fait la pari de traverser l'anticyclone des Açores, en restant sur la route directe, les autres de le contourner par le Sud et de considérablement rallonger la route. Une option non sans risque car pour en profiter, il a fallu aller au bout, très au Sud, autour du 20e Nord. Total, à l'issue d'une semaine de course, plus de 1000 milles séparent les deux groupes en latitude. Si les Nordistes ont longtemps gardé l'avantage - Armel Tripon (« Gedimat ») et Eric Defert (« Suzuki Automobiles ») ont compté jusqu'à 290 milles d'avance sur les extrêmes Sudistes par rapport à la distance au but - la tendance s'est inversée à mi-parcours. Nicolas Troussel (« Financo »), Charles Caudrelier (« Bostik »), Thomas Rouxel (« Défi Mousquetaires »), Liz Wardley (« Sojasun ») notamment, ont fait route au portant, poussés par les alizés à plus de 8-10 noeuds de moyenne alors que leurs concurrents, plus au Nord étaient nettement ralentis.

Le plus extrême d'entre eux, Troussel, a bénéficié non seulement de plus de vent que ses adversaires, mais aussi d'un meilleur angle pour faire route vers Marie-Galante. C'est ainsi qu'il a franchi en vainqueur la ligne d'arrivée après 21 jours 09 heures 11 minutes et 45 secondes de course après avoir parcouru 4 448 milles, soit 1012 milles de plus que la route directe (3436 milles) à la moyenne de 6,68 noeuds. « Je suis super content, vraiment heureux d'avoir réussi l'exploit de gagner cette course car ce n'était pas facile. C'était tendu jusqu'à la fin. Il a fallu rester concentré et ne rien lâcher ». Le Finistérien s'est, en effet, emparé des commandes de la flotte à seulement 48 heures de l'arrivée et seuls six petits milles, soit 58 minutes et 34 secondes, le séparent de Thomas Rouxel au final.

Le skipper de "Défi Mousquetaires" qui abordait sa première transat en solitaire avec humilité et détermination, était loin d'imaginer bousculer la hiérarchie des Figaristes. « Terminer deuxième, c'est inespéré, surtout après une telle bagarre avec Nico et Charles. On est parti ensemble dans cette option Sud, une option un peu extrême mais une fois qu'on était parti, on n'avait plus le choix et il fallait y croire. Mais on n'est pas parti à l'aveuglette, on savait qu'au Nord ou au centre, ça allait être difficile et qu'on avait toutes nos chances », a expliqué Thomas.

L'excellent Charles Caudrelier (« Bostik ») complète donc le podium tandis que la surprenante Liz Wardley (« Sojasun ») prend la 4e place. Derrière, tous ont tout donné. La bagarre pour les accessits a été belle et intense. De fait, si Marc Emig ("A.ST Groupe") et Franck Le Gal ("Lenze") étaient assurés de leurs 5e et 6e places, derrière, rien n'était joué ! Au final, moins d'une heure sépare le 7e du 15e au classement. Pire encore, "Gedimat" d'Armel Tripon (8e), "Banque Populaire" de Jeanne Grégoire (9e), "Groupe Céléos" de Ronan Treussart (10e) et "Luisina Design" d'Eric Drouglazet (11e) se tiennent en moins de dix minutes. Outre ces écarts infimes, on retiendra encore la dignité dans la déception d'un Gildas Morvan (« Cercle Vert », 12e) qui, pour une fois, n'a jamais pu disputer les premiers rôles, mais aussi et surtout celle d'un Eric Defert (« Suzuki Automobiles ») qui termine à une cruelle 23e place après avoir mené les débats un temps. Pour finir, on se souviendra également du superbe accueil populaire réservé par les Marie-Galantais à Victor Jean-Noël (« Pays Marie-Galante », 20e), qui ont prouvé leur sens de l'accueil et de la fête. De quoi donner l'envie à tous de revenir !
_______________________________________

- Retrouvez la course sur le site du Trophée BPE

Trophée BPE