Défense
Brest : l’arrêt technique de l’ex-Provalys prolongé
ABONNÉS

Actualité

Brest : l’arrêt technique de l’ex-Provalys prolongé

Défense

Arrivé le 8 juillet à Brest, le méthanier français LNG Unity, ex-Provalys livré en 2006 par les Chantiers de l’Atlantique, devait rester deux mois en arrêt technique chez Damen Shiprepair. Un important arrêt technique dans les bassins du port de commerce breton pour sa visite « intermédiaire », mais aussi les travaux périodiques de réparation de ses cuves pouvant contenir jusqu’à 154.500 m3 de gaz naturel liquéfié.  Si la première partie des travaux a été menée à bien, la seconde, évidemment la plus critique, s’avère bien plus longue que prévu.

 

Le Provalys avant son changement de nom 

Le Provalys avant son changement de nom (© : MICHEL FLOCH)

 

Un délai supplémentaire lié à l’historique du navire, avec lequel il faut toujours composer avec  les « défauts de jeunesse » liés à ses cuves à membranes CS1. Pour mémoire, lors de la construction à Saint-Nazaire du Provalys, mais aussi de son sistership de le Gaselys et d’un méthanier plus petit, le Gaz de France Energy (74.000 m3), tous les trois commandés à l’époque par GDF, des problèmes d'étanchéité sur les membranes secondaires des cuves (chargées d'empêcher les fuites de gaz liquéfié en cas de rupture de la membrane primaire) avaient été découverts. Il en avait résulté une longue phase d’analyse pour comprendre l’origine du problème, puis des travaux correctifs très lourds et complexes (en particulier une nouvelle procédure de collage) et, enfin, une âpre bataille juridique entre le chantier et GTT, concepteur de ces cuves.

 

Damen Shiprepair Brest | Actualité du chantier naval brestois