Science et Environnement

Fil info

Antilles : les bancs de sargasse surveillés depuis l’espace

Science et Environnement

A l’occasion du salon SARGEXPO qui se tiendra en Guadeloupe du 23 au 26 octobre 2019, CLS est fière d’annoncer la mise sous haute surveillance des bancs de sargasse par satellite sur la zone antillaise. La région des Caraïbes a beaucoup souffert de la crise liée à l’échouage en masse d’algues Sargasse. Les économistes estiment le coût des efforts de nettoyage à 120 millions USD pour la seule année 2018. On note également une chute de la fréquentation des touristes sur l’année 2018 sur la côte caraïbéenne du Mexique. Les sargasses ne connaissent pas de frontières, et personne ne savait jusqu’à présent où elles pouvaient échouer. CLS, expert en observation de la Terre et en océanographie satellitaire, a développé une capacité opérationnelle de détection et de prévision de la dérive de sargasse. Un système de prévision et de dérive basé sur l’utilisation de capteurs satellite optiques et radar. Une surveillance à plusieurs centaines de km d’altitude permettant de couvrir l'ensemble des Caraïbes et du Golfe du Mexique. Cette solution satellitaire fiable, développée avec le soutien de l'Agence Spatiale Européenne, a été validée avec un groupe de plus de 40 utilisateurs locaux. Elle est aujourd’hui utilisée par Météo France dans les Antilles françaises.

Depuis juin 2019, Météo France a choisi CLS et ses partenaires, NovaBlue Environment & I-SEA, pour produire des bulletins hebdomadaires de présence et de dérive de sargasse pour le compte du gouvernement français. Météo France leader du projet a confié à CLS la détection des sargasses. Pourquoi CLS ? CLS, expert en océanographie spatiale, travaille sur le sujet depuis plus de 10 ans maintenant et grâce à son haut niveau d'expertise et à ses capacités opérationnelles robustes est le meilleur acteur pour effectuer cette détection. L’entreprise fournit ainsi à Météo-France les états de présence de sargasse sur les eaux des Antilles françaises.

"Les détections quotidiennes de radeaux de sargasses fournies par CLS sont intégrées dans le modèle de dérive de Météo France permettant ainsi aux prévisionnistes de délimiter les zones à haut risque dans un bulletin régulier adressé aux autorités locales " explique Philippe Palany, chef de projet sargasse chez Météo France Antilles françaises et Guyane. "La capacité que nous offre CLS d’activer un système de détection radar satellite en cas de couverture nuageuse importante est un réel plus dans la réponse que nous proposons à la situation. Ces bulletins fiables sont très utiles pour les autorités de Guadeloupe et de Martinique, qui n'ont que 48 heures pour retirer les sargasses des plages avant qu'elles ne commencent leur processus de décomposition. Savoir en amont, où les tapis de sargasse vont atterrir est crucial pour anticiper et piloter les forces de nettoyage."

Les bulletins produits avec Météo France seront mis à la disposition du public sur les sites internet des DEAL.

La saison 2019 aura été l'une des pires jamais enregistrées dans les Caraïbes en termes d'échouages de sargasses. Des prévisions opérationnelles fiables permettront d'atténuer ces effets et appuieront les efforts novateurs de nettoyage à l'échelle régionale.

Depuis plus de 10 ans maintenant, CLS travaille sur le développement d’une solution opérationnelle pour résoudre le problème engendré par l’échouage massif de sargasse. Expert en solution spatiale, l’entreprise a imaginé une solution basée sur des capteurs satellites optiques et radar permettant de détecter les sargasses, de jour comme de nuit et quelle que soit la couverture nuageuse. Expert en océanographie spatiale l’entreprise a également développé un modèle de dérive permettant aujourd’hui de prévoir les futurs échouages. Face aux évènements de plus en plus nombreux d’échouages, CLS a pu confronter sa solution à de nombreux cas et ainsi perfectionner sa solution. CLS est aujourd’hui en mesure de fournir un service opérationnel appuyé par des analystes, basé sur une combinaison unique de données satellitaires d'observation de la Terre issues de 6 instruments optiques et 2 instruments radar à ouverture synthétique (SAR).

Communiqué de CLS, 21/10/19