Défense

Fil info

Colloque à Toulon: tensions maritimes en Méditerranée et perspectives juridiques

Défense

À l’heure où les tensions maritimes s’intensifient en Méditerranée, la Marine nationale, en partenariat avec les laboratoires CERC et CDPC de l’Université de Toulon, ambitionne de mieux appréhender les enjeux de la zone pour défendre avec plus de pertinence les intérêts du pays.

Considérée comme une des zones les plus « crisogènes » du monde, la Méditerranée vit une période orageuse. Dans sa partie orientale, les tensions se sont particulièrement accrues, à l’image de celles qui se manifestent autour de Chypre, avec la découverte de gisements d’hydrocarbures qui ravive les prétentions maritimes des États. Les tensions concernent également la liberté de navigation, spécialement dans les détroits du Bosphore et des Dardanelles où la Turquie occupe une position stratégique.

La partie occidentale de la Mare Nostrum n'est pas exempte de tensions. Celles-ci sont notamment liées à des conflits de délimitation maritime persistants, au changement de statut de Gibraltar (enclave britannique dont l’activité économique dépend pour beaucoup de travailleurs espagnols) consécutif au Brexit et à la gestion des conflits d’usage face à l'accroissement et à la diversification des activités maritimes.

Organisé le 29 novembre par les laboratoires CERC (Centre d’Étude et de Recherche sur les Contentieux) et CDPC (Centre de Droit et Politique Comparés) de la Faculté de droit de Toulon, en partenariat avec la Marine nationale, ce colloque permettra de dresser un panorama précis de la situation méditerranéenne, à travers les regards croisés de praticiens et d’enseignants-chercheurs.

Au-delà de leur contribution à la recherche en droit international, ces réflexions autour des problématiques juridiques et des enjeux stratégiques pourraient permettre d’enrichir la vision sur le long terme de la Marine nationale, engagée en Méditerranée tant sur la défense des intérêts de l’État français, de l’environnement que contre les trafics illicites en mer.

Communiqué de l'université de Toulon