Croisières et Voyages
Le nombre de touristes en Antarctique ne cesse d’augmenter

Actualité

Le nombre de touristes en Antarctique ne cesse d’augmenter

Croisières et Voyages

Les touristes sont de plus en plus nombreux à se rendre en Antarctique. Ils étaient 44.367 pour la saison 2016-2017, 51.707 (+16,5%) pour la saison 2017-2018 et 56.168 (+8,6%) en 2018-2019, selon les chiffres avancés par l’IAATO (Association internationale des voyagistes antarctiques). Réunissant une centaine de voyagistes en Antarctique (la quasi totalité d’entre-eux), cette association surveille, analyse et rend compte des tendances du tourisme antarctique depuis 1991.

Mais ce chiffre devrait connaître une forte augmentation à l’issue de la saison qui vient de débuter. L’IAATO s’attendait, en mai dernier, à voir 80.553 visiteurs se rendre en Antarctique. Soit une hausse de 43,41%. Ce chiffre semble avoir été revu légèrement à la baisse selon des informations de presse, pour tourner autour de 78.500 personnes.Toutes ne débarquent pas. Actuellement, seuls les navires transportant moins de 500 passagers peuvent débarquer à terre, pas plus de 100 personnes à la fois, sur des sites prédéfinis.

La hausse du tourisme en Antarctique s’explique par la forte demande et la construction de nouveaux navires. En 2017, il était prévu que la flotte double en moins de dix ans. La baisse des prévisions pour cette année est d'ailleurs peut-être liée au retard de livraison de certains navires d'expédition qui devaient justement, réaliser leur saison inaugurale cet hiver dans la région. 

En 2007/2008, un premier record avait été atteint avec 46.265 personnes. La fréquentation s’était ensuite effondrée suite à l’adoption, en 2010, d’un durcissement de la règlementation pour les navires à passagers évoluant dans cette zone (amendement à l’annexe 1 de la convention Marpol). Seuls 20 des 49 bateaux exploités alors vers l’Antarctique avait pu continuer de proposer des croisières dans la zone, ramenant la fréquentation à seulement 15 000 passagers. Mais la fréquentation semble avoir repris de plus belle. D'ici 2023, une trentaine de nouveaux navires d'expédition, en majorité conçus pour pouvoir naviguer en zones polaires, doivent entrer en service.