Science et Environnement
Où sera déployée la Flotte océanographique française en 2020 ?

Actualité

Où sera déployée la Flotte océanographique française en 2020 ?

Science et Environnement

Pas moins de 150 campagnes scientifiques vont être menées par la Flotte océanographique française La FOF, unifiée depuis janvier 2018, opérée par l’Ifremer et regroupant les moyens hauturiers et côtiers océanographiques français, présente pour la deuxième année consécutive son calendrier prévisionnel détaillé.

Evénement rare, cette année, le Marion Dufresne gagnera l’hémisphère Nord. Après avoir conduit en février des carottages longs au-delà des 50e (campagne Acclimate), dans l’océan Austral, pour se pencher sur les climats passés, il se rendra en Méditerranée, au sud de l’Espagne. Entre juin et début juillet, il y mènera d’autres carottages, pour examiner la sismicité de cette zone dans le cadre de la campagne Albacore. Il mettra ensuite le cap à l’Est, direction la mer Noire, pour étudier la dissolution des hydrates de méthane, avec un risque de dissipation de ce gaz à fort effet de serre (campagne Ghass).

Le Pourquoi pas ? sera également déployé en Méditerranée durant les mois de mars et avril. Cette campagne, baptisée Perle, s’inscrit dans le cadre d’un projet de modélisation de l’impact des courants marins sur le plancton à l’échelle de toute la Méditerranée. On retrouvera le navire en fin d’année dans l’océan Indien, aux Iles Eparses, pour y étudier les récifs coralliens qui témoignent des fluctuations passées du niveau marin et de l’impact du changement climatique (campagne Reefcores).

Déployé aux Antilles en début d’année, l’Atalante partira à la recherche des tourbillons océaniques, dans le cadre du projet international EUREC4C sur l’interaction océan-atmosphère, dans le contexte du changement climatique. Il sera rejoint sur zone par un navire allemand et un navire américain, ainsi que des avions de mesures de plusieurs pays. Il enchaînera avec la mission Hiper (mars-avril) pour étudier les effets du séisme de Pedernales survenu en 2016 en Equateur.

Plus près de la France métropolitaine, le Thalassa réalisera en juin une campagne sur la biodiversité dans les canyons sous-marins au large de la pointe bretonne.

 

 

L'Antea (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

L'Antea (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

Du côté de la flotte côtière, l’Antea traversera l’Atlantique en mai pour passer plusieurs mois entre les Antilles et la Guyane avant de revenir à Bordeaux. De son côté, l’Alis poursuivra notamment la campagne Seamount sur les monts sous-marins et récifs de l’archipel néo-calédonien pour y explorer leur rôle d’« oasis » de la biodiversité. 

Pour rappel, la Flotte océanographique française compte quatre navires hauturiers (Atalante, Pourquoi Pas?, Thalassa et Marion Dufresne), six bateaux côtiers (Europe, Théthys, Thalia, Côtes de la Manche, Alis et Antea) et sept navires de station (Albert Lucas, Antédon, Neomysis, Nereis, Planula, Sepia, Sagitta).

IFREMER | Actualité de l'institut de recherche marine