Energies Marines
Floatgen a plus que doublé sa production du premier au second semestre

Actualité

Floatgen a plus que doublé sa production du premier au second semestre

Energies Marines

Ideol se félicite des résultats obtenus par l’éolienne flottante Floatgen au cours du second semestre 2019. Durant cette période, « l'éolienne flottante a plus que doublé sa production par rapport au premier semestre, pour atteindre un total annuel de 6 GWh », annonce la société basée à La Ciotat. Lors du premier semestre, elle avait produit 2.2 GWh en six mois. Ces nouveaux résultats ont été atteints « grâce à une disponibilité temporelle supérieure à 94,6 % et à un facteur de charge supérieur à la moyenne au second semestre ». Ideol estime que sa technologie de fondation flottante Damping Pool est maintenant « entièrement éprouvée et prête à être déployée à grande échelle, même dans les environnements les plus difficiles de la planète ».

En effet, durant cette période, le dispositif a tenu face à des hauteurs de vagues maximales de 12.5 mètres (pour des hauteurs de vagues significatives de 6.5 mètres, la mesure utilisée pour caractériser l’état de la mer qui représente la moyenne des hauteurs du tiers des plus fortes vagues).. La preuve de « l’excellente performance et tenue à la mer du design Damping Pool, ainsi que la précision des simulations intégrées de l’éolienne flottante développées par les experts internes d’Ideol », se félicite la société. L’éolienne Floatgen a pu continuer à produire de l’électricité jusqu’à 5.5 mètres de hauteur significative de vagues et 24.2 m/s de vent (87.12 km/h).

Réalisé dans le cadre du programme européen Floatgen, ce démonstrateur est doté d’une éolienne de 2 MW et d’une fondation en béton d’environ 5.000 tonnes, mesurant 36 mètres de côté pour 9.5 mètres de haut, dont 7.5 mètres immergés. Le flotteur, réalisé par le groupe Bouygues, est le premier à adopter le design Damping Pool conçu par Ideol. Installée en juin 2018 et connectée au réseau à l'automne 2018, l'éolienne subit une phase de tests de deux ans sur le SEM-REV, site d’essais développé par Centrale Nantes à 22 kilomètres au large du Croisic.