Construction Navale
Première étape vers un dock flottant à la Réunion?
ABONNÉS

Actualité

Première étape vers un dock flottant à la Réunion?

Construction Navale

Le projet de dock flottant à la Réunion date d'il y a déjà quelque temps, porté à l'origine par Piriou et notamment rappelé lors de l'ouverture de son atelier de réparation navale sur l'île fin 2018. L'investissement, à hauteur de 10 millions d'euros, ne pouvant pas être entièrement assumé par le groupe breton, il pourrait finalement se concrétiser par un partenariat public-privé piloté par le Grand Port Maritime de la Réunion. En début de semaine, à l'occasion de la visite de Denis Robin, le secrétaire général de la Mer, une première étape a été franchie avec la signature d'une lettre d'intention de création d'une société commune d'exploitation de ce futur dock flottant.

Celle-ci regrouperait 18 entreprises de la filiière de réparation navale réunionnaise, dont Piriou. Elle pourrait devenir l'instrument de gestion du dock dont l'achat serait assumé par le GPMR et cofinancé par les entreprises et des fonds publics, dont potentiellement des fonds européens. Le port pourrait lancer les procédures liées à cet achat dès le deuxième trimestre de cette année, ce qui permettrait de voir arriver l'outil fin 2021 ou début 2022. Si les délais sont respectés et qu'une concorde politique est obtenue autour de ce dossier, qui a déjà occasionné quelques remous entre élus locaux sur place.

Pour la filière navale réunionnaise, il s'agit de disposer d'un outil permettant d'accueillir tous les navires basés à la Réunion et notamment ceux de la Marine nationale. Le slipway actuel limite la capacité à 600 tonnes, ce qui amène les plus gros bateaux à effectuer leurs arrêts techiques à Maurice ou parfois en Afrique du Sud. 

 

Port Réunion