Défense

Fil info

Naval Group : prises de commandes record en 2019

Défense

Le Conseil d’administration de Naval Group s’est réuni le 20 février 2020 pour arrêter les comptes de l’exercice 2019 clos le 31 décembre.

 

 

Commentant ces résultats, Hervé Guillou, Président-Directeur général de Naval Group, a déclaré : « Naval Group confirme une nouvelle fois le bien-fondé de son positionnement stratégique de maître d’oeuvre industriel, concepteur et intégrateur d’ensemble des navires armés et des systèmes de combat ainsi que la bonne progression de son plan de conquête. Les jalons opérationnels des programmes, tant en France qu’à l’international, ont été maîtrisés. Parmi les illustrations les plus marquantes, nous sommes fiers d’avoir lancé le Suffren, premier sous-marin nucléaire d’attaque de nouvelle génération ou encore d’avoir procédé à la découpe de la première tôle de la frégate de défense et d’intervention, frégate numérique à destination de la Marine nationale. À l’international, nous avons notamment livré le Khanderi à la marine indienne mais aussi signé le contrat de design du programme Australian Future Submarine. Nous bénéficions d’une dynamique de marché positive, et, malgré une concurrence toujours plus vive, nous avons remporté les appels d’offre pour plus de vingt navires dans cinq nouveaux pays. Nous nous inscrivons également comme un pivot des alliances européennes et avons donné naissance à Naviris, société conjointe avec Fincantieri, notre partenaire italien historique. Notre performance opérationnelle et financière nous permet d’assurer sur le long terme notre capacité à financer la croissance future de l’entreprise. »

Frank Le Rebeller, directeur général adjoint Finance, Juridique, Achats, Immobilier, a ajouté : « Les prises de commandes de 2019 ont atteint un niveau record. Les résultats de l’exercice 2019 (établis selon les normes IFRS et, en particulier, la norme IFRS 15 depuis 2018) marquent, pour la cinquième année consécutive, une progression de notre chiffre d’affaires qui s’établit à 3,7 milliards d’euros et une amélioration de notre rentabilité opérationnelle, que nous avons portée cette année à 7,6 %, en progression régulière depuis 2015. Notre résultat net (part du groupe) s’élève à près de 190 millions d’euros, portant ainsi les fonds propres à 1,2 milliard d’euros. Ces résultats sont en phase avec nos objectifs, qu’ils dépassent même légèrement. Ils traduisent une situation financière solide caractérisée notamment par des niveaux de rentabilité en ligne avec nos objectifs et un niveau de fonds propres reconstitués sur les quatre dernières années. Nous avons poursuivi notre effort global d’investissement, en hausse, le portant à près de 480 millions d’euros, notamment dans l’innovation, la R&D ou la digitalisation. Notre développement crée un fort besoin de recrutement et nous avons accueilli 1 500 nouveaux collaborateurs en 2019. »

Prises de commandes : 5,3 milliards d’euros (+44 % vs 2018), dont 3 milliards d’euros à l’international, portant le carnet de commandes à 15 milliards d’euros

Les prises de commandes enregistrées au cours de l’exercice 2019 s’élèvent à 5,3 milliards d’euros, permettant d’augmenter le carnet de commandes qui s’élève à 15 milliards d’euros. Les commandes enregistrées en France et à l’international sur l’exercice 2019 ont bénéficié à tous les secteurs. En France, dans la construction neuve, les principales notifications ont concerné le sixième sous-marin nucléaire d’attaque du programme Barracuda. Pour les constructions neuves à l’international, les notifications ont concerné essentiellement le programme de douze chasseurs de mines à destination des marines belge et néerlandaise. Enfin, dans les services, plusieurs contrats de disponibilité pluriannuels ont été notifiés, notamment, le contrat d’entretien courant des sous-marins lanceurs d’engins (SNLE) pour 2020-2025 ainsi que le contrat d’entretien pour la marine égyptienne.

Sur l’année 2019, le ratio book-to-bill (prises de commandes sur chiffre d’affaires), qui mesure le renouvellement du carnet de commandes s’établit à 1,4, et à 1,2 sur les trois dernières années.

Activité : chiffre d’affaires en hausse

Le chiffre d’affaires consolidé s’élève à 3 712 millions d’euros. Sa progression de 3 % par rapport à 2018 a été portée par les grands programmes nationaux, principalement le programme Barracuda, le programme de frégates multimissions et le programme de frégates de défense et d’intervention. Le programme australien a également contribué au chiffre d’affaires de Naval Group. Enfin, les services en représentent une composante essentielle avec une part de 41 %. Ils comprennent, pour la France, aussi bien le maintien en condition opérationnelle des bâtiments de surface de premier rang que des sous-marins nucléaires de la Marine nationale. À l’international, ils comprennent le grand carénage du sous-marin malaisien ainsi que l’adaptation et la modernisation du patrouilleur hauturier Bouchard à destination de la marine argentine, livré avec deux mois d’avance.

Rentabilité : EBITA et marge opérationnelle en progression sensible

L’EBITA (résultat opérationnel avant amortissement des écarts d’évaluation) s’élève à 282 millions d’euros. Sa progression par rapport à 2018 se traduit par une hausse de la rentabilité opérationnelle, qui passe de 7,4 % en 2018 à 7,6 % en 2019, ce qui place Naval Group en tête du secteur naval de défense en Europe.

Cette dynamique traduit l’amélioration opérationnelle de l’ensemble des programmes navals et l’efficacité des actions de progrès engagées depuis plus de cinq ans.

Le résultat net part du groupe s’élève à 188,2 millions d’euros, en hausse de 10 millions d’euros par rapport à 2018. Ce résultat porte les fonds propres consolidés du groupe à 1,2 milliard d’euros.

De solides perspectives en 2020, dans la continuité des exercices précédents

En 2019, Naval Group a recruté 1 500 nouveaux collaborateurs, portant les effectifs totaux de l’entreprise à plus de 15 000 collaborateurs, soit une augmentation de près de 10 % par rapport aux effectifs de 2018. Cette dynamique va se poursuivre, notamment grâce à de nombreuses initiatives telles que l’ouverture de l’école d’intégrateurs-projeteurs sur le site de Cherbourg et le Campus des industries navales, inauguré en novembre par le ministre de l’Éducation nationale.

Naval Group accélère également ses investissements dédiés à l’innovation ouverte et collaborative, au développement du commerce international ainsi qu’aux investissements en équipements industriels et informatiques, qui se sont élevés à près de 480 millions d’euros en 2019.

Enfin, grâce au renforcement de sa capacité à investir dans le plan de conquête, Naval Group poursuivra l’internationalisation de son activité. Ce déploiement s’appuiera en particulier sur sa joint-venture avec Fincantieri, Naviris, qui permettra de répondre conjointement à certains appels d’offres et de mutualiser des activités de R&D dans le secteur des bâtiments de surface.

Les perspectives pour 2020 sont solides, dans la continuité des exercices précédents. Une croissance du chiffre d’affaires de 5 % et une hausse du résultat net part du groupe de l’ordre de 10 % sont attendues en 2020.

Communiqué de Naval Group, 21/02/20