Défense
Gendarmerie maritime: la nouvelle VSMP arrive en Loire
ABONNÉS

Reportage

Gendarmerie maritime: la nouvelle VSMP arrive en Loire

Défense

Convoyée en semi-remorque depuis Calais, où elle a été construite par Socarenam, la toute nouvelle vedette de sûreté maritime et portuaire (VSMP) de la Gendarmerie maritime a été mise à l’eau mercredi 11 mars au port à sec de Saint-Viaud, dans l’estuaire de la Loire. L’Armet, c’est son nom, a été immédiatement testée, réalisant différents types d’évolutions et atteignant à pleine puissance la vitesse requise de 30 nœuds (voir reportage photo complet en fin d’article). A l’issue des derniers essais et vérifications conduits par la Direction Générale de l’Armement (DGA), et après validation par la Commission Permanente des Programmes et des Essais (CPPE) de la Marine nationale, la vedette sera livrée dans les prochaines semaines au peloton de sûreté maritime et portuaire (PSMP) de Nantes Saint-Nazaire. Les gendarmes la prendront ensuite en main afin que ce nouveau moyen soit pleinement opérationnel d’ici l’été.

 

L'Armet (© : 

L'Armet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

L'Armet (© : 

L'Armet (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Remplacement du Haubert, qui partira à Calais

L’Armet, qui prend comme toutes les VSMP de la Gendarmerie maritime le nom d’une pièce d’armure, en l’occurrence un casque de chevalier du XIV/XVème siècle, a été commandée en décembre 2019 dans le cadre d’un marché comprenant également pour la Marine nationale la construction d’une vedette d’entrainement à l’hélitreuillage. Basé sur le même design, le Palyvestre a rejoint Toulon fin février et doit être inauguré par la base d’aéronautique navale d’Hyères à la fin du mois.  

Pour en revenir à l’Armet, cette vedette va remplacer au sein du PSMP de Nantes Saint-Nazaire le Haubert, l’une des huit VSMP du type Pavois mises en service en 2011. Initialement affectée au PSMP de Port-de-Bouc, chargé de couvrir les installations portuaires de Fos-sur-Mer, le Haubert a été redéployé dans l’estuaire de la Loire en 2018, lorsque le peloton ligérien a été créé. Un moyen temporaire, en attendant la livraison d’une nouvelle unité plus adaptée à cette zone. Une fois l’Armet mis en service, le Haubert sera réaffecté au PSMP de Calais, créé en 2019.   

 

L'Armet et au second plan le Haubert (© : 

L'Armet et au second plan le Haubert (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le Haubert (© : 

Le Haubert (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Une unité plus grande et mieux adaptée

Conçue par le bureau d’architecture nantais Pierre Delion, l’Armet est nettement plus grande que les précédentes unités du type Pavois (12.6 mètres de long pour 3.9 de large). Sa longueur atteint 15 mètres et sa largeur 5.46 mètres (avec défenses). Un gabarit plus adapté aux interventions semi-hauturières du peloton ligérien, qui intervient jusqu’à la zone d’attente des navires de commerce, située à un peu plus de 12 milles au large de Saint-Nazaire. Plus grande, mais aussi plus lourde (17 tonnes en charge au lieu de 11 pour les Pavois), elle franchira mieux les vagues et pourra donc, lorsque la mer est formée, intervenir plus rapidement que le Haubert. L’Armet est, de plus, intégralement réalisée en aluminium, un matériau plus adapté que les coques en composite des Pavois pour intervenir dans un fleuve comme la Loire, qui charrie de nombreux débris, dont des troncs d’arbres. Cette dimension est importante car la zone d’intervention des gendarmes maritimes s’étend jusqu’au pont Anne de Bretagne, en plein cœur de Nantes. La nouvelle VSMP va donc offrir des capacités d’intervention supérieures au large, tout en permettant une navigation fluviale plus sûre.

 

(© : 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : 

(© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Capable d’atteindre 30 noeuds, la vedette est équipée de deux moteurs diesels Scania DI13 de 650 cv chacun, ainsi que deux hydrojets. Sa carène planante avec double redans permet d'assurer la stabilité transversale, même dans les virages serrés. La timonerie, de grande taille, peut accueillir les deux membres d’équipage et six gendarmes supplémentaires. Elle est suspendue sur des plots élastiques et dispose d'une isolation phonique renforcée afin d'atteindre le niveau de bruit réduit exigé par le cahier des charges (70 dB à la vitesse maximum). Equipé sur tout son pourtour de défenses afin de pouvoir mener des abordages, l’Armet dispose pour cette raison d’un pont sans garde-corps, afin de faciliter le passage vers un bateau à contrôler ou intercepter. Pour la sécurité de l’équipage, on notera cependant la présence d’un rail Hadrian autour de la superstructure, qui permettra aux gendarmes de s’harnacher et ainsi de se déplacer en sécuriser sur le pont extérieur. Une sécurité qui pourra aussi être utile au servant de la mitrailleuse de 7.62mm, qui peut être installée en cas de besoin sur la sellette disposée à l’avant.

 

La timonerie suspendue et le rail 

La timonerie suspendue et le rail Hadrian (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le rail 

Le rail Hadrian (© : MER ET MARINE -

Gendarmerie Maritime | Toute l'actualité de cette composante de la Gendarmerie nationale Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Socarenam | Toute l'actualité du chantier naval