Aménagement du Littoral
Les plages et sentiers côtiers interdits par arrêtés préfectoraux

Actualité

Les plages et sentiers côtiers interdits par arrêtés préfectoraux

Article gratuit
Aménagement du Littoral

Les différentes préfectures des régions littorales françaises prennent des arrêtés préfectoraux pour interdire au public les plages et espaces de promenade sur la côte. Une décision prise du fait que de trop nombreuses personnes n’ont pas encore compris ce que « confinement » signifiait, même en bord de mer. Des zones désormais sous tension suite à l’arrivée massive de citadins partis se réfugier dans les résidences secondaires suite au renforcement des mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. « Depuis samedi dernier, les Français sont appelés à rester chez eux pour lutter contre la propagation du virus Covid-19. Certains comportements laissent penser que tous les citoyens n’ont pas pris la mesure de la nécessité de respecter ces consignes », souligne par exemple la préfecture des Pays de la Loire, qui souligne que, « dans un contexte de forte augmentation de la population présente sur le littoral atlantique et compte tenu du risque croissant de fréquentation des plages et des espaces côtiers, incompatible avec les mesures visant à ralentir la progression de l’épidémie », le préfet de la Loire-Atlantique, également préfet de la région Pays de la Loire, a décidé un certain nombre d’interdictions après concertation avec les maires de communes concernées.

Est désormais interdit :

- l’accès aux plages, chemins, sentiers, espaces dunaires, forêts et parcs situés sur le littoral ;

- la fréquentation piétonne, cycliste et à tous véhicules non-motorisés, de l’ensemble des espaces publics artificialisés du littoral : les ports, les quais, les jetées, les esplanades, les remblais et les fronts de mer, quelle que soit leur configuration, pour toute la population

Par ailleurs, rappelle la préfecture de Loire-Atlantique, « les activités maritimes et littorales de plaisance, de loisirs nautiques et aquatiques sont également interdites. Tout exercice de la chasse, de la pêche en eau douce ou de loisirs est interdit. Le préfet en appelle à la responsabilité de tous. Chaque jour, chaque heure compte pour sauver des vies ».

Des arrêtés similaires ont été pris dans la plupart des départements littoraux concernés par ces problèmes.

Pour faire respecter ces interdictions, des contrôles sont menés par la police nationale, la gendarmerie nationale et les polices municipales, avec des points de contrôle fixes ou mobiles. Comme pour le reste du territoire, se trouver sur ces zones côtières interdites est considéré comme une violation des règles de confinement, désormais punie d’une amende forfaitaire de 135 € pouvant être majorée à 375 €.