Croisières et Voyages
Celebrity Apex : rapatriements en cours

Actualité

Celebrity Apex : rapatriements en cours

Croisières et Voyages

Victime d’une épidémie de coronavirus, le paquebot Celebrity Apex, livré le 27 mars par les Chantiers de l’Atlantique, commence à se vider de ses occupants. Pour mémoire, 1460 personnes, essentiellement des membres d’équipage mais aussi quelques sous-traitants, étaient à bord du navire lorsque les premiers cas de Covid-19 ont été confirmés la semaine dernière. Deux malades ont nécessité une hospitalisation. Leur état est stable et l’un d’eux devait même quitter l’hôpital de Saint-Nazaire hier.

Pendant ce temps, le rapatriement de l’équipage s’organise. Il est piloté par l’armateur du navire, la compagnie américaine Celebrity Cruises et sa maison-mère le groupe RCCL, en étroite coordination avec la préfecture des Pays de la Loire et l’Agence régionale de santé (ARS). Une centaine de personnes avait hier quitté le paquebot, dont environ 80 mercredi. « La compagnie continue de travailler à l’évacuation des personnes présentes à bord vers leur pays d’origine, ce qui est évidemment compliqué dans le contexte actuel. Le nombre de personnes évacuées va augmenter progressivement », indiquait-on hier à l’ARS. Au-delà des aspects sanitaires, c’est le problème logistique qui est le plus compliqué. Il y a en effet quelques 65 nationalités parmi l’équipage, qui vient du monde entier, et il faut pour rapatrier ces hommes et femmes composer avec les fermetures de frontières et la réduction drastique des liaisons aériennes internationales. « En attendant, ceux qui restent à bord sont confinés et répartis en fonction de leur état de santé et des tests en cours de réalisation ».

La dernière communication à ce sujet remonte au 30 mars. Ce jour-là, l’ARS faisait état de 734 personnes testées à bord du Celebrity Apex, dont 157 s’étaient révélées positives, y compris 144 asymptomatiques. Alors que l’ensemble des occupants du navire doit être testé (avec des kits envoyés par l’armateur), l’ARS n’a pas voulu donner hier de nouveau bilan. « Une première série de tests se termine et une seconde va débuter. Pour que les chiffres soient révélateurs, nous les communiquerons quand nous aurons tous les éléments ».

Quant aux rumeurs selon lesquelles le paquebot servirait de laboratoire flottant pour étudier le développement de l’épidémie, elles ont été démenties par l’ARS : « même si c’est un observatoire de circonstance et que nous suivons la situation de très près, le bateau n’est pas un laboratoire. Aucune étude épidémiologique spécifique n’y est menée ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Royal Caribbean