Croisières et Voyages
Covid-19 : deux morts sur le Coral Princess, qui trouve refuge à Miami

Actualité

Covid-19 : deux morts sur le Coral Princess, qui trouve refuge à Miami

Croisières et Voyages

Alors qu’une enquête criminelle vient d’être ouverte en Australie suite à la mort de 11 passagers du Ruby Princess, le paquebot Coral Princess, autre victime d’une épidémie de coronavirus, a finalement trouvé refuge à Miami, où il a accosté samedi 4 avril. La compagnie américaine Princess Cruises a alors annoncé que deux passagers étaient décédés sur son navire, à bord duquel il y a un nombre indéterminé de malades. Le Coral Princess, parti avec 1020 passagers et 878 membres d’équipage, était l’un des derniers paquebots encore en exploitation.  C’est jeudi que l’armateur a annoncé la présence à bord de cas confirmés de Covid-19. Alors que le nombre de personnes souffrant de symptômes grippaux augmentait anormalement, des tests ont été effectués à bord et analysés dans un laboratoire de la Barbade, où le navire réalisait une escale technique mardi dernier. Les 13 échantillons sont tous ressortis positifs, soit 7 passagers et 5 membres d’équipage atteints. Les passagers se sont isolés dans leurs cabines et des masques ont été distribués à bord pour éviter la propagation du virus. Il s’agit maintenant d’assurer la prise en charge des malades nécessitant des soins médicaux et d’assurer le rapatriement de l’ensemble des passagers, en grande partie américains. Les opérations de débarquement à Miami devrait prendre plusieurs jours, a estimé la compagnie.  

Initialement, le Coral Princess devait rejoindre Port Everglades mais les autorités locales l’ont refusé. Le port de Fort Lauderdale venait déjà de recevoir les Zaandam et Rotterdam, qui avaient été acceptés après de longues et difficiles négociations pour les accueillir en raison de malades du coronavirus à bord (4 morts et une centaine de malades sur le Zaandam).

Plusieurs navires de Princess Cruises ont été durement touchés par le coronavirus. Il y a notamment eu le Diamond Princess qui a vécu une terrible quarantaine au Japon en février (avec un bilan final de plus de 700 personnes contaminées et 7 décès) ainsi que le Grand Princess début mars en Californie. Mais aussi le Ruby Princess en Australie, où la police de Nouvelle-Galles du Sud (Etat du sud-est australien dont Sydney est la capitale) a annoncé hier l’ouverture d’une enquête criminelle suite au décès après leur débarquement de 11 passagers atteints du Covid-19. Le navire avait été autorisé à débarquer ses 2700 passagers à Sydney le 19 mars dernier. Toutefois, selon la presse australienne, cette opération avait été menée sans contrôle médicaux, alors que certaines personnes manifestaient pourtant des symptômes grippaux. Depuis, selon les autorités australiennes, 662 personnes en lien avec cette croisière ont été infectées, soit 10% du total des cas confirmés de Covid-19 en Australie (les 11 passagers décédés du Ruby Princess représentant un tiers des morts recensés dans le pays). Quant aux membres d’équipage restés à bord du paquebot, selon la police australiennes 200 présenteraient des symptômes, des tests étant en cours à bord. L’enquête qui vient d’être ouverte devra notamment déterminer si l’armateur a été suffisamment transparent quant à l’état de santé des occupants du Ruby Princess.  

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Coronavirus (Covid-19)