Croisières et Voyages
Le Greg Mortimer coincé devant Montevideo avec ses malades

Actualité

Le Greg Mortimer coincé devant Montevideo avec ses malades

Croisières et Voyages

Si les grands paquebots ont été logiquement plus touchés par le Covid-19, du fait d’une densité de « population » et d’un brassage international plus important, les petits navires d’expédition ont globalement échappé à la pandémie. A une exception notable près, celle du Greg Mortimer, le tout nouveau navire du tour opérateur australien Aurora Expeditions et premier d’une série que fait construire en Chine la société américaine Sunstone.

Livré le 6 septembre dernier par le chantier China Merchant Heavy Industry (CMHI) de Shanghai, le Greg Mortimer a navigué cet hiver vers l’Antarctique. Sa dernière croisière avait débuté le 15 mars à Ushuaia et devait durer trois semaines. Mais la crise du Covid-19 a bouleversé le programme et le virus s’est invité à bord. Parti le 21 mars de l’île de la Déception, le navire, avec environ 200 personnes à bord (dont une centaine de passagers australiens et néo-zélandais), n’a pas pu débarquer en Argentine et est remonté vers l’Uruguay. Il est au mouillage depuis le 27 mars devant Montevideo. L’un des passagers, très malade, a été évacué la semaine dernière et est hospitalisé dans un état grave. L’homme de 69 ans s’est révélé positif au Covid-19. Aurora Expeditions avait bon espoir d’obtenir le feu vert pour débarquer les passagers à Montevideo et pouvoir les rapatrier par avion. Mais les autorités uruguayennes ont refusé, assurant cependant que le navire recevrait l’aide médicale nécessaire en attendant que ses occupants aient passé la période de quatorzaine. Ce qui peut durer plus longtemps en fonction du moment où les malades ont contracté la maladie. Plusieurs passagers et membres d’équipage, dont le médecin du bord, souffriraient de symptômes pouvant être attribués au coronavirus.

Les discussions se poursuivent entre l’Uruguay et Aurora Expeditions, soutenu par les services diplomatiques australiens et néo-zélandais.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Coronavirus (Covid-19)