Offshore
Bourbon : des relèves toujours compliquées

Actualité

Bourbon : des relèves toujours compliquées

Offshore

La fermeture des frontières et l'arrêt du trafic aérien liés à la pandémie du Covid-19 continuent de bloquer beaucoup de marins du groupe Bourbon en Afrique. Ces derniers doivent donc rallonger leur temps d'embarquement.  « Nous avons pu cependant réaliser des rapatriements de marins français au cas par cas depuis deux semaines pour des raisons médicales ou sociales, notamment en Angola et au Congo », précise la compagnie, interrogée par Mer et Marine. « Nous espérons cependant pouvoir envisager, selon l’évolution du Covid-19 et les réouvertures de frontières, les premières relèves courant mai avec les mises en place de périodes de quarantaine ». 

Pour le moment, la production offshore de Total, mais également de toutes les autres majors se poursuit. Une situation qui pourrait peut-être changer avec l'arrivée à saturation prévisible des capacités de stockage mondiales. « Toutes les équipes Bourbon sont pleinement mobilisées pour soutenir nos marins, qui sont en première ligne, et organiser la continuité des opérations pour nos clients. Nous travaillons main dans la main avec nos clients avec qui nous partageons les objectifs et préoccupations  qui sont d'abord d'assurer la protection de nos marins et ensuite de maintenir la continuité des opérations. D’un point de vue sanitaire, nous avons très vite déployé sur l’ensemble de la flotte toutes les mesures de distanciation sociale (pour les opération de chargement à quai, les échanges avec les administrations portuaires). Nous avons également stoppé les visites à bord, les audits, les inspections... Concernant la flotte de surfers, nous collaborons avec nos clients pour la fourniture de PPE (équipements de protection individuels, ndlr) adaptés, la limitation du nombre de passagers dans les cabines et des rotations ».

Pour les marins à terre et les sédentaires qui ne peuvent pas télétravailler, des mesures de chômage partiel ont été mises en place et l'armement leur garantit à tous 100% de salaire. «Concernant le dialogue social, il n’a jamais été aussi riche et constructif. Nous tenons par exemple une CSSCT hebdomadaire désormais. Les représentants du personnel et la direction partagent le même objectif ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

BOURBON Coronavirus (Covid-19)