Nautisme

Fil info

Grande plaisance : redémarrage progressif des chantiers

Nautisme

Après une longue période d'arrêt - ou d'activité très limitée pour certaines d'entre elles - les entreprises du secteur de la grande plaisance commencent à redémarrer, avec cependant de nouvelles contraintes : mise en place de procédures sanitaires strictes, restrictions d'accès sur les zones portuaires, etc.

Le groupe Monaco Marine rouvre par exemple progressivement ses chantiers : "Les sites d'Antibes et Monaco sont déjà actifs, celui de Cogolin est reparti le 22 avril, Beaulieu-sur-Mer ce sera le 27 avril, La Seyne le 29 avril, et La Ciotat le 4 mai", détaille Chantal Lemeteyer, directrice générale de l'entreprise.

"Tout au long de cette période de confinement, nous avons trouvé des solutions pour répondre aux demandes de nos clients, ce qui nous a permis de maintenir une activité à 70% environ, estime Mirco Volorio, de Wistream Yachting. L'un de nos métiers est d'assurer le suivi de la construction de yachts, ce que nous avons pu poursuivre grâce au télétravail. Par ailleurs, je travaille régulièrement en Italie, et là-bas les chantiers pratiquent des tests réguliers sur les salariés, ce qui est à mon sens plus efficace que les masques pour limiter la propagation du virus".

"Nous n'avons pas connu un arrêt total de l'activité, explique quant à lui David Sieur, dirigeant de YAS Protec. Depuis quelques jours, la reprise se met en place de manière progressive. Et nous avons pu recevoir rapidement des masques de protection grâce au stock commandé par la Région".

L'enjeu des équipements de protection

Le redémarrage des chantiers est en effet conditionné à la fourniture aux salariés de masques et autres équipements de protection individuels (gants, visières, etc).

"Nous avons activé nos réseaux pour trouver des fournisseurs de masques de protection, et surtout être en mesure d'avoir des engagements sur les délais de livraison", explique Laurent Falaize, le président de Riviera Yachting Network. Le réseau va ainsi passer une commande groupée de 10000 masques (chirurgicaux et FFP2).

Des nouvelles dispositions... qui peuvent pénaliser les entreprises

Dans l'optique de la reprise, chaque entreprise a désigné un "référent Covid", qui assure par exemple l'interface avec les sous-traitants amenés à intervenir sur le chantier afin de leur expliquer les gestes barrières.

Mais le redémarrage progressif de l'activité s'accompagne de la mise en place de mesures de distanciation sociale contraignantes : limitation du nombre de personnes dans un même lieu, horaires limités pour permettre l'intervention de plusieurs sous-traitants sans que les équipes ne se croisent sur les yachts, espacement des tables à la pause déjeuner, etc.

Les professionnels du secteur de la grande plaisance espèrent par ailleurs un prochain assouplissement des mesures d'interdiction de navigation. En effet, pour se rendre dans un chantier, un bateau doit aujourd'hui obtenir l'accord du port de départ, du port d'arrivée, des Affaires maritimes et de la Préfecture maritime. Ce millefeuille administratif ralentit l'accès dans les chantiers, et freinent d'autant le redémarrage de l'activité - alors que des devis ont été signés et que des interventions sont programmées.

Les professionnels envisagent enfin la publication d'un guide commun des bonnes pratiques, en s'inspirant de celui qui avait été élaboré par la Fédération du BTP et validé par la médecine du travail.

Communiqué de Riviera Yachting Network, avril 2020