Marine Marchande
Piraterie : nouvelle série d'incidents dans le golfe de Guinée

Actualité

Piraterie : nouvelle série d'incidents dans le golfe de Guinée

Marine Marchande

Après le Gabon, c’est au tour du petit Etat voisin, mais grand producteur pétrolier, la Guinée équatoriale, d’être le théâtre d’attaques. Cinq marins ont été enlevés dans deux actions distinctes, samedi dernier. 

La première a visé un cargo de 122 mètres, Rio Mitong, mouillé non loin de la capitale, Malabo, située sur l’île de Bioko. Une embarcation rapide a abordé ce navire avec des échelles. Un Russe et un Ukrainien ont été enlevés avant que les pirates prennent la fuite vers le Cameroun, tout proche. Le même jour, le Djibloho, un navire de survey de 104.5 mètres pour 16.03 de large, qui se trouvait non loin, à l’ouest de l’île, à Luba, a également été abordé par des pirates qui ont enlevé trois personnes (un Russe et deux Equato-guinéens) avant de s’évanouir.

Un troisième navire, le pétrolier Yuan Qiu Hu (333 mètres par 60 de large) de Cosco, a eu plus de chance. Il a échappé à une approche suspecte à 6 milles du terminal de Moudi, au Cameroun, en augmentant l’allure et donnant l’alerte sur le canal 16. Un patrouilleur camerounais a pu intervenir à temps pour déjouer l’attaque, les pirates prenant la fuite à la vue du bâtiment militaire.

Tous ces événements se sont produits dans une zone relativement restreinte. L’île de Bioko n’est qu’à une vingtaine de milles des côtes camerounaises et une soixantaine de milles du delta du Niger, zone connue pour abriter des groupes criminels.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime