Energies Marines
Eolien : Une cinquantaine de bateaux de pêche manifestent en baie de Saint-Brieuc

Actualité

Eolien : Une cinquantaine de bateaux de pêche manifestent en baie de Saint-Brieuc

Energies Marines

Le navire de survey Geo Ocean IV, affrété par RTE pour effectuer des relevés sur le câblage du futur champ éolien de la baie de Saint-Brieuc, a interrompu ses travaux hier suite à une manifestation ayant rassemblé plus d’une cinquantaine de bateaux de pêche des ports des Côtes d’Armor et d’Ille-et-Vilaine. Cette manifestation, annoncée il y a plusieurs jours et doublée d’un rassemblement à terre, a été lancée par le comité des pêches des Côtes d’Armor. Ce dernier entend protester contre le lancement de la campagne géotechnique en prévision de l’implantation du champ éolien développé par le consortium Ailes Marines et dont il s’inquiète des effets sur les ressources halieutiques locales. Parallèlement, les protestations sont également dirigées contre le choix de la plage de Caroual, à Erquy, comme zone d’atterrage des câbles haute tension en provenance des futures éoliennes. Les pêcheurs avaient également souligné que cette campagne géotechnique intervenait en saison de pêche des seiches et des bulots et que du matériel dormant avait dû être relevé.

Le Geo Ocean IV, de la société Geo XYZ, avait commencé ses relevés vendredi dernier. Dès le début de sa campagne, il avait été rejoint par le bâtiment de soutien et d'assistance métropolitain (BSAM) Rhône de la Marine nationale, venu de Brest, et le patrouilleur côtier Géranium de la Gendarmerie maritime. « En prévision de la campagne de relevés, le préfet maritime avait publié, le 7 mai, un arrêté instituant une zone d’exclusion de 500 mètres autour du navire Geo Ocean IV. C’est pour la faire respecter que le Rhône, qui avait embarqué un officier de police judiciaire, et le Géranium sont venus le rejoindre dès le début de ses relevés », précise la préfecture maritime de l’Atlantique, interrogée par Mer et Marine sur ce point. « Lundi matin, en prévision de la manifestation, le dispositif a été renforcé par l'Altaïr (un bâtiment remorqueur de sonars de la marine, nldr) et la vedette côtière de surveillance maritime Trieux de la Gendarmerie maritime. Aucune verbalisation n’a été effectuée ». La manifestation en mer, qui a compté jusqu’à une soixantaine de bateaux au plus fort de la mobilisation, s’est interrompue hier midi à l’annonce de la tenue d’une réunion prévue ce mardi entre les autorités (préfecture des Côtes d’Armor et préfecture maritime de l’Atlantique), le comité des pêches, RTE (responsable des travaux de câblage) et Ailes Marines (porteur du projet du champ éolien). Le Geo Ocean IV a, quant à lui, quitté la zone pour s’éloigner des manifestants. Le BSAM Rhône a également quitté le secteur pour rejoindre Brest.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Energie éolienne