Energies Marines
Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs vont connaître l’impact des forages
ABONNÉS

Actualité

Parc éolien de Saint-Brieuc : les pêcheurs vont connaître l’impact des forages

Energies Marines

Après l’affrontement sur l’eau, les pêcheurs ont retrouvé, ce mardi, les représentants de RTE et d’Ailes marines dans le bureau du préfet. Leur objectif : avoir les résultats de l’étude d’impact sur le milieu marin des sondages en vue du futur parc éolien.

Lundi, les pêcheurs avaient réussi à bloquer le travail de sondage du bateau Geo Ocean IV pour le compte de RTE (Réseau de transport d’électricité), en vue du raccordement électrique du futur parc éolien de la baie de Saint-Brieuc. Ils avaient aussi regretté l’absence de concertation depuis deux ans.

Ce mardi, les esprits étaient plus apaisés dans le bureau du préfet des Côtes-d’Armor et en présence du préfet maritime. « Tout s’est bien passé, a déclaré Alain Coudray, président du comité des pêches des Côtes-d’Armor ; nous avons convenu de nous retrouver ce mercredi pour une nouvelle réunion et établir un nouveau calendrier avec le début de la prospection de la zone. Nous aurons aussi les résultats de l’étude d’impact sur la faune marine, en particulier sur la seiche, actuellement pêchée, avec la présence d’un scientifique Michel André, spécialiste des effets du bruit sur la faune marine ». Les pêcheurs ont obtenu un délai jusqu’à mercredi soir avant le retour du bateau qui doit assurer le sondage.

Un accord soumis à une étude d’impact sur la faune marine

De son côté, le préfet des Côtes-d’Armor a proposé de mettre en place un groupe de travail avec tous les acteurs de ce dossier sensible qui devrait se réunir dès la semaine prochaine. Parmi les prochains rendez-vous entre pêcheurs, Ailes marines et RTE, il y aura également une réunion technique mi-juin et une autre de concertation fin juin. « C’est positif, mais bon, nous serons jamais d’accord avec ce projet tant que nous n’aurons pas la preuve qu’il n’y a pas d’impact sur la faune marine », a conclu Alain Coudray.

Un article de la rédaction du Télégramme