Défense
Le SNA Suffren poursuit ses essais en Méditerranée
ABONNÉS

Actualité

Le SNA Suffren poursuit ses essais en Méditerranée

Défense

Le Suffren est arrivé le 28 juillet à Toulon, où il a commencé à étrenner de nouvelles infrastructures de la base navale en particulier dans la zone Missiessy, qui a bénéficié de travaux considérables ces dernières années pour permettre l’accueil des nouveaux sous-marins nucléaires d’attaque français. Les quais ont notamment été refaits, de même que l’une des formes de radoub servant à Naval Group pour les arrêts techniques des SNA et désormais surplombée d’abris amovibles.

 

Le Suffren à quai à Missiessy le 29 juillet (© FRANCIS JACQUOT)

Le Suffren à quai à Missiessy le 29 juillet (© FRANCIS JACQUOT)

 

Premier d’une série de six unités destinées à remplacer nombre pour nombre les SNA du type Rubis, le Suffren, réalisé par le site Naval Group de Cherbourg, a commencé en avril ses essais en Manche, avant de rejoindre l’Atlantique où il a mené à bien ses premières plongées profondes. Des essais réalisés par l’équipage de conduite de la Marine nationale et les équipes de Naval Group et de la Direction Générale de l’Armement. Ils ont notamment permis de tester les systèmes de propulsion et de communication du bâtiment, son système de combat et ses senseurs, en particulier la suite sonar, sa manoeuvrabilité et sa capacité à évoluer en plongée, jusqu’à sa profondeur d’immersion opérationnelle maximale.

 

Le Suffren pendant ses essais en Atlantique (© MARINE NATIONALE)

Le Suffren pendant ses essais en Atlantique (© MARINE NATIONALE)

 

Une nouvelle phase a débuté en Méditerranée, plus orientée vers les essais du système d’armes du sous-marin. Ce dernier mettra en œuvre des torpilles lourdes F21, des missiles antinavire Exocet SM39 et des missiles de croisière navals (MdCN). Une partie de ces essais, qui impliqueront des tirs de qualification pour chaque armement, seront pilotés par le site DGA Essais de Missiles du Levant, d’autres normalement par le site DGA Essais de missiles de Biscarosse (pour le MdCN) ce qui devrait impliquer un retour prochain du Suffren en Atlantique.

En attendant, le nouveau SNA français a déjà repris la mer depuis son arrivée à Toulon fin juillet. Dimanche, il s’est notamment présenté en rade des Vignettes pour rejoindre la base navale varoise, où il est allé accoster au nouveau quai pyrotechnique, construit à l’écart des appontements de la flotte pour réaliser en toute sécurité du chargement des armes des bâtiments de surface et sous-marins. Cette manoeuvre fut également l'occasion d'employer au profit du Suffren l'un des nouveaux remorqueurs-pousseurs de 10 tonnes (RP 10) de la marine, Le Puffin, construit par le chantier Merré de Nort-sur-Erdre. 

 

Le Suffren revenant à Toulon dimanche 23 août (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Suffren revenant à Toulon dimanche 23 août (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

 

Le Suffren au quai pyrotechnique le 23 août (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

Le Suffren au quai pyrotechnique le 23 août (© JEAN-CLAUDE BELLONNE)

 

 

 

Pour mémoire, le Suffren doit être livré d’ici la fin de l’année à la Marine nationale, qui prévoit son admission au service actif en 2021. Les cinq autres SNA du programme Barracuda doivent être livrés par Naval Group entre 2022 et 2029.

- Voir notre article complet sur le SNA Suffren

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Naval Group | Actualité industrie navale de défense