Energies Marines
GE sort la première des 80 nacelles du parc éolien de Saint-Nazaire
ABONNÉS

Actualité

GE sort la première des 80 nacelles du parc éolien de Saint-Nazaire

Energies Marines

Alors que les Chantiers de l’Atlantique s'apprêtent à débuter la construction d’une seconde sous-station électrique destinée à un champ éolien offshore français, l’usine General Electric de Montoir-de-Bretagne a célébré hier la sortie de la première des 80 nacelles destinées au futur parc de Saint-Nazaire. La cérémonie, à laquelle se sont pressés politiques et industriels, visait à marquer la poursuite du décollage tant attendu de la filière des énergies marines en France, notamment dans l’estuaire de la Loire. Il faut dire que cet évènement aurait normalement dû se produire il y a des années déjà. Mais les projets de premiers parcs français, dont l'attribution remonte à 2012, ont cumulé les retards, englués pendant longtemps dans les méandres administratifs puis les recours juridiques. Au final, celui de Saint-Nazaire, développé par EDF et Enbridge et qui sera le premier à voir le jour dans l'Hexagone, ne sera opérationnel qu’en 2022. Et ce sera finalement le seul équipé de l’Haliade-150 de 6 MW que la branche énergies renouvelables d’Alstom, avant d’être absorbée par l’Américain GE en 2014, avait développé en misant sur les parcs français pour lancer cette première éolienne marine tricolore.

Une série qui s’arrêtera à seulement 157 machines

Le projet, initié il y a une décennie, avait pour mémoire vu le prototype de cette machine de 6 MW implanté sur le site du Carnet, dans l’estuaire de la Loire, en 2012. L’Haliade-150, dont

Port de Nantes Saint-Nazaire