Croisières et Voyages
La croisière de l’Europa 2 vers la Normandie et la Bretagne annulée
ABONNÉS

Actualité

La croisière de l’Europa 2 vers la Normandie et la Bretagne annulée

Croisières et Voyages

Cette fin de semaine devait être marquée par la première croisière d’un navire étranger avec escales commerciales dans des ports français depuis le mois de mars. L’Europa 2, unité de luxe de la compagnie allemande Hapag-Lloyd Cruises livré en 2013 par les Chantiers de l’Atlantique, était attendu aujourd’hui à Honfleur, puis demain à Cherbourg. Parti de Hambourg avec 103 passagers et 330 membres d’équipage (loin de sa capacité maximale, de 500 passagers et 370 membres d'équipage), il devait poursuivre son voyage vers Saint-Malo (dimanche), Belle-Ile (lundi) et Brest (mardi), avant de revenir à Hambourg.

Mais l’armateur a décidé hier matin d’annuler cette croisière vers la Normandie et la Bretagne, suite à la dégradation de la situation sanitaire en France. Le ministère allemand des Affaires étrangères a en effet pris la décision d’instaurer une quatorzaine pour tous les passagers ayant fait escale dans des ports français situés en zone rouge, ce qui était le cas pour plusieurs étapes de l’Europa 2. Le navire, qui se dirigeait vers la Manche, a donc fait demi-tour au large des Pays-Bas, Hapag-Lloyd réorganisant au pied-levé une nouvelle croisière vers la Suède et apparemment la Pologne.

Une vraie déception pour les ports français et professionnels du tourisme et de la croisière, qui avaient longuement travaillé sur les protocoles sanitaires de cette croisière et des excursions proposées. Ce qui leur avait permis d’obtenir l’aval des autorités françaises, notamment au niveau local. Tous y voyaient donc dans la venue de l’Europa 2 le symbole d’une reprise progressive des croisières internationales en France, où seuls quelques petits navires de compagnies nationales (Ponant et CroisiEurope) ont repris leur activité cet été.

Pour l’heure, la France interdit toujours la circulation dans ses eaux territoriales et les escales dans ses ports métropolitains et ultramarins de navires de croisière avec plus de 250 passagers à bord. Forts de la mise en place de procédures sanitaires extrêmement strictes en Italie, où ils ont repris leur activité récemment, MSC et Costa espèrent toujours pouvoir faire revenir leurs paquebots dans les ports français d’ici la fin de l’année. Mais le durcissement en cette fin de semaine des mesures sanitaires, en particulier à Marseille, semble doucher à court terme ces espoirs.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.